Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Carla Del Ponte veut plus que Slobodan Milosevic

Carla Del Ponte a demandé, et obtenu que Slobodan Milosevic soit placé en isolement partiel pendant dix jours.

(Keystone)

Après Milosevic, Karadzic et Mladic! La procureur suisse du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, ne désire pas s'arrêter en si bon chemin. Elle l'a confirmé, vendredi, devant plusieurs centaines de journalistes, à La Haye.

La conférence de presse de la procureur et du président du TPIY, à l'occasion du transfert de Slobodan Milosevic, a du être "délocalisée", dans un amphithéâtre du Palais des Congrès de La Haye, pour permettre à tous d'y assister.

Carla Del Ponte a demandé, et obtenu que Slobodan Milosevic soit placé en isolement partiel pendant dix jours. Cet "ordre de séparation" est une mesure rare. Dans le cas présent, le procureur veut isoler Milosevic d'autres accusés, en l'occurrence, ceux qui doivent répondre de crimes en Bosnie et en Croatie.

L'ancien président ne peut donc pas parler avec les autres accusés serbes ou bosno serbes dans la prison, qui peuvent être impliqués dans d'autres enquêtes portant sur ses agissements en tant que chef d'Etat. Car la procureur travaille à une inculpation de Milosevic pour son rôle dans les guerres dans ces pays.

Vendredi, une autre mauvaise nouvelle attendait Milosevic: Carla Del Ponte a en effet amendé l'acte d'accusation déjà existant contre Milosevic et quatre de ses proches. Il concerne le Kosovo : plusieurs faits et crimes ont été ajoutés, et la liste des victimes s'est allongée.

Selon la procureur, Milosevic n'a pas résisté à son transfert qui s'est d'abord effectué dans un hélicoptère de l'armée serbe, puis dans un avion britannique. Elle a d'ailleurs remercié les Etats-Unis, la France et l'Allemagne pour leur rôle discret dans les négociations qui ont abouti au transfert de Milosevic.

Carla Del Ponte a également démenti les rumeurs de transfert ou de reddition d'autres inculpés du Tribunal, des rumeurs qui courent depuis jeudi. Après avoir rendu hommage au gouvernement serbe, la procureur a insisté: «Ce n'est pas le peuple serbe qui est en procès ici à La Haye, mais un homme, Slobodan Milosevic.»

Enfin, la Suissesse a rappelé la Communauté internationale à ses obligations: Karadzic et Mladic courent encore, six ans après leur inculpation pour génocide. Et c'est tout simplement " déplorable ".

Alain Franco, La Haye


Liens

×