Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Comptes de la FIFA: Blatter passe l'oral à Zurich

S'il s'en est bien tiré mercredi, Sepp Blatter devra encore rendre des comptes, notamment au vice-président de la FIFA.

(Keystone)

Le président de la Fédération internationale de football (FIFA) a confirmé, mercredi à Zurich, que la faillite de son partenaire commercial ISL avait bel et bien entraîné une perte de 51 millions de francs sur l'opération marketing du Mondial 2002. Un découvert qui devrait être épongé d'ici le congrès de Séoul.

Filiale du groupe ISMM, ISL avait négocié pour la FIFA les droits de télévision et de marketing (hors Europe et Etats-Unis) pour les Coupes du monde 2002 et 2006. Mais le 21 mai, la faillite de la société suisse de marketing sportif ISMM (ancien leader mondial du secteur) était prononcée.

Depuis, la FIFA a porté plainte contre le directeur financier d'ISMM, Hans-Jurg Schmid, son vice-président Hans-Peter Weber et trois autres personnes non identifiées, pour «fraude», «détournement de fonds » et «gestion déloyale des affaires».

Placé sur le grill devant son comité exécutif, le président Sepp Blatter s'est donc expliqué mercredi à Zurich. Mieux, en ce qui concerne l'activité marketing, il a promis des bénéfices de 276 millions de francs suisses pour 2006.

S'il a survécu à ce grand oral, rien ne dit que l'avenir du Suisse à la tête du football mondial soit garanti. En effet, Sepp Blatter a été mis en demeure par son rival, le Suédois Lennart Johansson.

En clair, le vice-président de la FIFA et président de l'UEFA attend toujours des réponses précises aux questions qu'il a adressées par écrit à Sepp Blatter. Une liste de quelque 25 questions, allant du salaire du président de la FIFA à son rôle dans l'effondrement du groupe ISMM/ISL.

A ce propos, Sepp Blatter s'est engagé à écrire personnellement à Lennart Johansson, absent, mercredi, de Zurich, pour des raisons de santé. Et à le rencontrer très prochainement «pour lui donner les détails relatifs aux questions qui n'ont pas pu être abordées à Zurich, mercredi.

swissinfo avec les agences


Liens

×