Crise en Macédoine: 5000 manifestants à Genève

Les manifestants albanophones ont déployé l'aigle albanais sur la place des Nations à Genève. Keystone Archive

Près de 5000 albanophones ont manifesté samedi à Genève pour demander l'égalité des droits entre Albanais et Slaves en Macédoine. Ils ont dénoncé les campagnes de bombardement entreprises par le gouvernement de Skopje sur les villages albanais.

Ce contenu a été publié le 24 mars 2001 - 16:14

«Nous ne sommes pas des terroristes. Nous voulons juste l'égalité», ont affirmé des manifestants, venus pour la plupart de Suisse et d'Allemagne. «Nous ne voulons pas de grande Albanie, mais seulement la reconnaissance de nos droits en Macédoine.»

Ils ont occupé pacifiquement la place des Nations, devant le bâtiment de l'ONU, pendant deux heures. «Ouverture d'un dialogue», «Conférence internationale pour la Macédoine», «Nouvelle constitution» affirmaient plusieurs pancartes au milieu des drapeaux rouges à l'aigle noir de l'UCK (Armée de libération du Kosovo), dont le nom a été scandé à plusieurs reprises.

Les manifestants ont adressé une pétition au secrétaire général de l'ONU Kofi Annan. Dans cette lettre, signée par le président du Mouvement populaire du Kosovo, Fazli Veliu, ils demandent à l'ONU d'intervenir pour faire cesser l'offensive militaire macédonienne et imposer le retour à la table des négociations.

Selon le texte de la pétition, le peuple albanais demande à être un peuple égal au peuple macédonien, donc à ne pas être traité comme des citoyens de seconde catégorie. La Macédoine doit devenir un Etat composé de deux peuples et la Constitution être amendée avec la médiation de la communauté internationale.

La pétition demande également que la zone neutre de sécurité, au sud de la Serbie, soit élargie et que des observateurs internationaux veillent à la protection des droits des Albanais dans cette région.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article