Dix ans de prison pour lèse-majesté en Thaïlande

En Thaïlande, l'image du roi est sacrée. Keystone

Un Suisse de 57 ans a été condamné par un juge de Chiang Mai à dix ans de prison pour insulte et atteinte à la dignité du roi de Thaïlande.

Ce contenu a été publié le 29 mars 2007 - 08:09

L'homme avait aspergé de peinture noire des portaits du souverain, en décembre dernier. Il risquait une peine de 75 ans.

L'accusé, installé en Thaïlande depuis une dizaine d'années, avait été arrêté début décembre dans la ville de Chiang Mai alors que le royaume célébrait le 79e anniversaire de Bhumibol, le plus ancien monarque en exercice dans le monde, qui est immensément révéré par ses sujets.

Le ressortissant suisse, marié à une Thaïlandaise, avait été vu dans un état d'ébriété en train d'asperger avec de la peinture noire des portraits du souverain, dont l'image est protégée par des lois extrêmement sévères.

«Un crime grave»

Il faisait l'objet de cinq accusations graves de lèse-majesté et encourait des peines totalisant 75 ans de prison. Il a été condamné à vingt ans de prison mais, comme il a avoué, sa peine a été réduite de moitié.

«Le tribunal l'a puni pour avoir insulté le roi. C'est un crime grave et il a été condamné à quatre ans de prison pour chacune des cinq accusations dont il faisait l'objet, soit au total 20 ans de prison», a déclaré le juge Pitsanu Tanbuakli du tribunal de Chiang Mai où l'audience s'est déroulée jeudi. Cependant, «comme il est passé aux aveux, la cour a réduit sa peine à dix ans», a-t-il ajouté.

L'avocat, nommé par le tribunal pour défendre l'accusé, ne s'est pas présenté jeudi et l'accusé n'a rien dit, ni en pénétrant ni en quittant l'enceinte de la cour. Il a la possibilité de faire appel.

Premiers débats à huis clos

Lors d'une audience le 12 mars, le Suisse avait plaidé coupable mais les débats qui avaient duré trois heures s'étaient déroulés à huis clos en raison du caractère «sensible» de l'affaire.

Le roi Bhumibol, connu aussi sous le nom de Rama IX, est un monarque constitutionnel qui n'a théoriquement aucun pouvoir. Mais, dans les faits, il exerce une autorité morale et une influence considérable sur ses sujets.

L'image de Bhumibol, qui a vu passer une vingtaine de premiers ministres et de coups d'Etat en 60 ans de règne, est surveillée de près par le palais royal qui examine à la loupe les ouvrages et autres articles écrits sur lui, y compris à l'étranger.

Toute insulte est assimilée à un crime de lèse-majesté et peut être sévèrement punie, y compris par la prison. Le Premier ministre Thaksin Shinawatra, qui a été renversé le 19 septembre dernier lors d'un coup d'Etat, est lui-même accusé d'avoir insulté le roi. Il est actuellement réfugié à l'étranger.

Berne n'interviendra pas

La Thaïlande a montré «une grande rigueur» en condamnant un ressortissant suisse à 10 ans de prison pour crime de lèse-majesté, a observe le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Jean-Philippe Jeannerat. Nous relevons que la législation thaïlandaise sur la base de laquelle notre compatriote a été poursuivi est appliquée avec une grande rigueur par la justice.»

Au nom du respect de l'indépendance de la justice, le porte-parole s'est refusé à se prononcer sur «l'ampleur de la peine», d'autant que le condamné a un mois pour faire appel. Il a estimé que la procédure engagée contre lui avait été conforme à l'état de droit et indiqué que Berne n'avait pas l'intention d'intervenir auprès de Bangkok pour obtenir la libération de son ressortissant.

«Ce n'est pas l'usage du gouvernement suisse d'intervenir auprès des autorités de poursuite pénale dans la mesure où la procédure suivie est conforme aux principes juridiques de base», a-t-il déclaré, ajoutant que Berne attendait que la procédure aille à son terme.

swissinfo et les agences

Faits

4000 Suisses vivent en Thaïlande.
150 firmes suisses travaillent sur place.
150'000 touristes suisses se rendent en Thaïlande chaque année. Les exportations suisses vers ce pays ont triplé ces derniers dix ans pour atteindre 934 millions de francs.
Les importations ont presque doublé pour s'établir à 723 millions de francs.
La Thaïlande est le second partenaire commercial de la Suisse dans la région après Singapour.
La Suisse est familière au Thaïlandais en raison des sept années que le roi y a passé durant son enfance.

End of insertion

LE ROI BHUMIBOL ADULYADEJ

Le roi Bhumibol Adulyadej est né au Massachusetts, Etats-Unis, en 1927. Il est monté sur le trône en 1946, ce qui en fait le chef d'Etat le plus ancien actuellement en exercice.

Ses pouvoirs officiels sont limités mais son influence est bien réelle en raison de l'appui populaire dont il bénéficie.

En 1948, Bhumobol conduisait sur la route Genève-Lausanne lorsqu'il a embouti un camion. Résultat: des coupures au visage qui lui ont coûté son œil droit.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article