Doris Leuthard confirmée à la tête du PDC

Doris Leuthard est la deuxième femme à présider aux destinées du PDC. RTS

Sans surprise, le congrès du Parti démocrate-chrétien (PDC) a élu samedi à sa tête celle qui était depuis le mois de mai sa présidente par intérim, la députée argovienne Doris Leuthard.

Ce contenu a été publié le 18 septembre 2004 - 17:22

Le parti a également adopté son nouveau programme, intitulé «Renouveau suisse».

Avec Doris Leuthard (41 ans), le PDC s’est choisi une présidente pour relancer le parti. En seulement quelques années, la députée argovienne a réussi à se faire une place remarquée sur la scène politique fédérale.

Doris Leuthard avait été brillamment élue en 1999 au Conseil national (Chambre basse du parlement), réalisant le meilleur score de son canton. Elle est depuis mai 2001 vice-présidente du PDC et depuis janvier 2004 présidente par intérim.

Cette présidence à laquelle elle accède aujourd’hui, elle l’avait d’abord refusé pour des raisons professionnelles. C’était il y a trois ans, après le départ d'Adalbert Durrer.

Trois objectifs



L'Argovienne s'est fixé trois objectifs: faire jouer au PDC sa partition de formation centriste dans un jeu politique bloqué par le renforcement des extrêmes, montrer que le parti est favorable à un libéralisme à visage humain et se profiler comme le parti de la famille.

Doris Leuthard a baigné dans la politique depuis son enfance. Son père était député PDC au parlement cantonal argovien. Avant de passer au niveau fédéral, elle a elle-même été députée à ce même parlement cantonal, de 1997 à 2000.

Doris Leuthard est membre de deux commissions importantes du Conseil national, celle de l'économie et des redevances ainsi que celle des affaires juridiques. Elle est aussi membre du conseil de la caisse-maladie Chrétienne sociale.

En outre, elle siège au conseil d'administration de la Neue Aargauer Bank et de la société d'électricité de Laufenburg. Elle est encore présidente du forum de fondation d'Action de Carême et de la Commission suisse pour la loyauté.

«La troisième voie»

Outre l’élection de leur présidente, les délégués au congrès démocrate-chrétien de Berne avaient à adopter leur nouveau programme.

Intitulé «Renouveau Suisse», celui-ci a été discuté, remanié, puis voté à une large majorité.

Le PDC entend sortir de la polarisation dans laquelle est tombée la politique suisse depuis les dernières élections fédérales et devenir le parti de la «troisième voie». Pour ce faire, il prône un libéralisme économique dans un Etat fort, chargé de protéger les plus faibles.

Du point de vue économique, «Renouveau Suisse» est plus libéral que l'ancien programme. En parallèle, la ligne sociale a aussi été accentuée. En troisième position, la sécurité sociale remplace la migration comme point fort dans les nouvelles priorités du PDC.

Le programme a été légèrement retouché sur le thème de l'écologie. L'ajout au programme du soutien à «une réforme fiscale écologique, financièrement neutre pour l'Etat» a donné lieu à une rapide passe d'armes.

swissinfo et les agences

En bref

- Après Eva Segmüller, Doris Leuthard est la deuxième femme à présider le PDC.

- Le parti a traversé ces dernières années la plus grave crise de son histoire.

- Aux élections fédérales d’octobre 2003, il est tombé à son plus bas niveau historique, avec 14% des suffrages sur l’ensemble du pays.

- Conséquence de ce recul, le PDC a perdu son second siège au gouvernement, avec la non-réélection de la ministre Ruth Metzler.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article