Navigation

Skiplink navigation

La Suisse veut venir en aide aux migrants bloqués en Libye

Ce contenu a été publié le 14 novembre 2017 - 08:36
swissinfo.ch/kr avec la RTS et l'ats (Téléjournal du 13.11.2017)
Contenu externe


La Suisse appelle à un renforcement de la protection des migrants. Elle accueillait lundi à Berne la troisième rencontre du Groupe de contact de la Méditerranée centrale. La ministre de Justice et Police Simonetta Sommaruga a plaidé pour que notre époque «ne devienne pas un chapitre noir de l'Histoire européenne». 

«Aucun pays, aucune institution, aucune organisation ne peut relever seul(e) les défis de la migration,» ont souligné la présidente de la Confédération Doris Leuthard et la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. Elles ont ainsi souhaité une meilleure collaboration internationale en ouverture de cette rencontre à laquelle ont participé des ministres de l'Intérieur et des représentants de treize pays européens et africains. 

Simonetta Sommaruga a plaidé pour que notre époque «ne devienne pas un chapitre noir de l'Histoire européenne.» La situation le long de la route migratoire vers l'Afrique du Nord est dramatique et les migrants tombent trop souvent entre les mains des passeurs, selon la conseillère fédérale. 

La Suisse a donc orienté le débat sur une meilleure protection de ces personnes. Filippo Grandi, Haut-Commissaire de l'ONU pour les réfugiés (HCR), a salué «la détermination de la Suisse» en ce sens. «Il ne faut pas oublier que ce sont des personnes humaines», a-t-il dit. 

Forte diminution des arrivées

Amorcé cet été, le blocage des migrants en Libye s'est confirmé durant l'automne. Le nombre d'arrivées par la mer en Italie a chuté entre août et octobre de -76% par rapport à la même période en 2016. 

Malgré cette baisse, l'Italie reste cette année la première porte d'entrée vers l'Europe. Trois migrants sur quatre ont débarqué sur le continent par cette route. 

Au total, ils sont 150'000 à être venus en Europe par la mer, selon le dernier bilan de l'ONU. C'est moins de la moitié des quelque 335'000 arrivées enregistrées entre janvier et octobre 2016. 

Contenu externe

Vers l'Espagne? 

Après la «fermeture» de la route via la Turquie et la Grèce au printemps 2016, le blocage des migrants en Libye est le deuxième grand frein à la migration en Europe. Les flux pourraient à l'avenir se déplacer vers l'Espagne, troisième point d'entrée entre l'Afrique et l'Europe. 

La péninsule ibérique a vu le nombre de migrants presque doubler par rapport à 2016, avec 12'000 arrivées entre janvier et septembre. Environ 8% des migrants venus en Europe par la mer ont transité par cette route. A cela s'ajoutent quelque 5000 individus venus par voie terrestre.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article