Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Banque nationale donne un nouveau tour de vis

La Banque nationale veille à contrer d'éventuelles tendances inflationnistes.

(Ex-press)

Les analystes s'y attendaient: pour la huitième fois depuis décembre 2005, la Banque nationale suisse relève la marge de fluctuation de son taux directeur.

La BNS publie aussi jeudi son rapport sur la stabilité financière, qui met en évidence les risques auxquels s'expose un secteur bancaire dominé par deux géants, comme cela est le cas en Suisse.

Avec effet immédiat, la BNS relève d'un quart de point la marge de fluctuation à trois mois du Libor, son taux de référence. La marge se situe désormais à 2%-3%, avec pour objectif le milieu de fourchette (2,5%).

La banque centrale a également décidé d'adapter la structure de ses réserves. Elle vendra 250 tonnes d'or d'ici septembre 2009 et accroîtra en conséquence ses réserves de devises.

Le total des réserves monétaires restera inchangé, indique Thomas Jordan, membre du directoire de la BNS. Les ventes se dérouleront dans le cadre de l'accord que les banques centrales de l'Eurosystème, la Banque centrale de Suède et la BNS ont conclu le 8 mars 2004.

Par ce deuxième accord sur l'or, les banques centrales signataires ont convenu de limiter leurs ventes d'or durant une période de cinq ans, à partir du 27 septembre 2004.

Bonne conjoncture

La conjoncture en Suisse se caractérise toujours par une «belle vigueur», indique par ailleurs la BNS, qui prévoit une croissance du produit intérieur brut (PIB) de 2,5% cette année, contre «environ 2%» en mars.

Quant au renchérissement annuel, il devrait se situer à 0,8% en moyenne et à 1,5% l'an prochain, dans l'hypothèse d'un Libor maintenu à 2,5%. La banque centrale relève toutefois que sa prévision d'inflation est entachée d'incertitudes accrues.


Examinant la situation des banques suisses, la BNS relève qu'elles ont été créatrices d'emplois l'an dernier. Elles ont étoffé leurs effectifs de près de 3700 postes dans le pays et de près de 4800 à l'étranger. A fin 2006, le secteur générait 127'921 emplois, dont les deux tiers en Suisse.

Banque nationale suisse

La banque nationale suisse (BNS) est la banque centrale de la Suisse. Elle est indépendante du gouvernement. Cela signifie qu'elle fixe les taux ...

Facteurs de risques

Dans son rapport sur la stabilité financière enfin, la banque centrale attribue de bonnes notes au système helvétique, tout en soulignant que de mauvaises surprises ne sont pas totalement à exclure.

Celles-ci pourraient survenir en raison des coûts toujours croissants que doivent affronter les banques, mais également à cause des risques qu'elles sont de plus en plus tentées de prendre.

Or, dans un système où deux géants (UBS et Credit Suisse) pèsent d'un tel poids qu'ils font littéralement la pluie et le beau temps sur la place financière, l'effondrement de l'un des deux aurait des conséquences dévastatrices.

Sans aller jusque là, la BNS souligne que les grandes banques doivent évaluer soigneusement les risques qu'elles prennent et leur demande de mettre l'accent sur ces évaluations lors de la publication de leurs rapports financiers.

swissinfo et les agences

Le Libor

Le terme Libor est l'abréviation de «London Interbank Offered Rate». Il s'agit d'une moyenne des taux d'intérêt interbancaires pratiqués par différentes banques et communiquée quotidiennement par la Bristish Bankers Association de Londres.

Le Libor est fréquemment utilisé comme taux de référence, par exemple pour les contrats hypothécaires.

La Banque nationale suisse fixe une marge de fluctuation pour le Libor à trois mois, en francs suisses.

Fin de l'infobox

Bénéfices record pour les banques

2006 a été la deuxième meilleure année de tous les temps pour les banques suisses. Selon le rapport de la BNS sur la stabilité financière, leurs bénéfices nets cumulés atteignent 30 milliards de francs, soit 13% de plus qu'en 2005.

La somme de leurs bilans s'établit à 3194 milliards de francs, en hausse de 12,2% sur un an. Elle équivaut à environ sept fois le PIB de la Suisse.

La hausse des bénéfices a profité à toutes les catégories d'établissements. Elles est de 10% environ pour les grandes banques, jusqu'à 20% pour les banques cantonales, et de 16% pour les banques régionales.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×