Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Suisse renouvelle son aide financière à la Tanzanie

Doris Leuthard et la ministre tanzanienne des finances Zakia Hamdani Meghji en compagnie de représentants des autres donateurs.

(swissinfo.ch)

La Suisse accorde une aide budgétaire de 19 millions de francs au gouvernement tanzanien pour lui permettre de lutter contre la pauvreté et donner un coup de pouce à sa croissance économique.

Un accord portant sur trois ans a été signé par la ministre suisse de l'Economie Doris Leuthard durant un voyage officiel dans ce pays d'Afrique de l'Est.

L'aide helvétique à la Tanzanie est délivrée dans le cadre d'un programme de réforme auquel participent 14 pays et organisations donateurs et dont la Banque mondiale fait notamment partie.

Ces contributions (General Budget Support – GBS) doivent permettre au gouvernement tanzanien de mettre en œuvre sa stratégie nationale de croissance et de réduction de la pauvreté. L'an dernier, ce dernier a reçu sous cette forme près de 660 millions de dollars, soit environ 40% de son budget. L'apport suisse représente mois de 1%.

A noter que le gouvernement tanzanien peut utiliser l'argent comme bon lui semble, mais les progrès accomplis dans la lutte contre la pauvreté font l'objet d'un monitoring annuel.

Au moment de signer cette semaine ce nouvel accord de trois avec la ministre tanzanienne des Finances Zakia Hamdani Meghji, Doris Leuthard a incité le gouvernement tanzanien à engager les efforts nécessaires pour rendre son programme de croissance économique encore plus efficace.

Elle a aussi ajouté qu'il était nécessaire d'améliorer la transparence au niveau des dépenses publiques. «Nous pourrions espérer que dans le futur des discussions concernant le GBS puissent inclure tous les partenaires au niveau national, y compris le Parlement et la société civile», a affirmé Doris Leuthard.

Cette année, il revient à la Suisse d'assurer la présidence de ce programme d'appui à la réduction de la pauvreté.

Des liens bilatéraux

Lors d'entretiens bilatéraux en compagnie de ministres du gouvernement tanzanien, la délégation helvétique a appelé à une meilleure protection des investissements, à la promotion du secteur privé et à de plus grands efforts de lutte contre la corruption.

La Tanzanie compte parmi les quatre plus importants partenaires commerciaux de la Suisse en Afrique sub-saharienne. Près de 40 compagnies helvétiques s'y développent et les volumes des échanges entre les deux pays atteignaient les 100 millions de francs l'an dernier.

«Les deux partenaires ont convenu qu'il fallait en faire plus afin de mettre en application de bonnes règles de gouvernance et l'adhésion aux accords protégeant les investissements étrangers», a concédé Doris Leuthard à swissinfo.

Selon elles, de nouvelles mesures seront nécessaires afin d'attirer de grands investisseurs helvétiques, notamment des secteurs financiers et du tourisme. Pour la ministre de l'Economie, la Tanzanie possède «les ressources naturelles et la stabilité politique» mais si de des carences persistent au niveau des infrastructures.

Selon l'ONG de la Déclaration de Berne, les principales banques suisses ont importé des quantités significatives d'or pur au cours des dernières années.

Une politique à long terme

Pour Thomas Pletscher, membre de la direction d'economiesuisse, les progrès de réforme sont remarquables, mais le cadre légal et juridique n'est pas encore sûr.

Selon ce dernier, plusieurs compagnies helvétiques vont augmenter leurs investissements mais aucun boom n'est attendu pour les années à venir. «Il y a encore un long chemin à parcourir et il est nécessaire de poursuivre l'aide au développement sur la base de projets orientés», dit-il.

Pour Doris Leuthard, la Suisse se doit de faire de politique à long terme et doit être présente sur le terrain humanitaire pour pouvoir faire valoir des intérêts économiques ultérieurement.

Des discussions ont encore été menées avec le gouvernement tanzanien afin d'augmenter le nombre de ménage ayant accès à l'eau courante et à l'électricité. Mais aussi sur le rôle que pourrait jouer les sociétés suisses dans de nouvelles infrastructures.

swissinfo, Urs Geiser à Dar es Salaam
(Traduction de l'anglais: Mathias Froidevaux)

En bref

La ministre de l'économie Doris Leuthard a conclu une visite officielle d'une semaine en Afrique par un arrêt en Tanzanie. Il s'agit de la première visite d'un membre du gouvernement suisse dans ce pays depuis 1999.

Au cours de son périple tanzanien long de trois jours, Doris Leuthard a également rendu visite à des bénéficiaires de l'aide au développement helvétique comme par exemple une usine produisant des moustiquaires imprégnées d'insecticide pour combattre la malaria et une autre spécialisée dans transformation manuelle des noix de cajou.

Elle a également pris connaissance d'un projet de leasing de micro-crédit destiné aux femmes de 1,2 millions de francs.

Fin de l'infobox

Faits

Les exportations vers la Tanzanie (2006) : 75,4 millions de francs, principalement dans les domaines pharmaceutiques, des produits chimiques, des machines, des équipements médicaux.

Importations de Tanzanie (2006) : 27,1 millions de francs principalement des pierres précieuses et des métaux, des produits agricoles dont des fleurs, du tabac et du café

Fin de l'infobox

Suisse-Tanzanie

La Tanzanie est l'un des bénéficiaires majeurs de l'aide suisse au développement depuis les années 1980.

Depuis 2001, le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) a fourni des aides budgétaires à la Tanzanie pour un montant de 42 millions de francs.

L'an dernier, la Suisse a contribué à hauteur de 29,3 millions de francs – dont 17,9 millions de la Direction du développement et de la coopération DDC et 11,4 millions du Seco.

Le volume des échanges entre les deux pays a atteint près de 100 millions de francs en 2006.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×