Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Swiss lustre ses résultats

Swiss s'épanouit sous l'aile de Lufthansa.

La compagnie aérienne a pris de l'altitude en 2007. Elle a vu son bénéfice d'exploitation plus que doubler et passer de 231 à 571 millions de francs.

La filiale de Lufthansa a progressé dans tous les domaines: chiffre d'affaires, bénéfice, remplissage et nombre de collaborateurs.

Swiss a donc fait plus que confirmer son redressement l'an passé en dégageant un bénéfice d'exploitation multiplié par deux et demi (+147,2%) par rapport à 2006 pour le porter à 571 millions de francs.

Son chiffre d'affaires a progressé de 17,9% pour s'inscrire à 4,895 milliards de francs.

La performance apparaît supérieure à la croissance du marché tant pour la rentabilité opérationnelle que pour les ventes, indique le transporteur dans un communiqué. Le phénomène est favorisé par une conjoncture économique favorable.

Altitude de croisière

Swiss a accueilli l'an dernier 12,2 millions de passagers dans ses avions. Un nombre en hausse de 13,2% sur un an. Sur le seul quatrième trimestre, le transporteur a carrément triplé son bénéfice d'exploitation à 96 millions de francs, pour un chiffre d'affaires en augmentation de 21% à 1,305 milliard.

Patron de la compagnie, Christoph Franz estime avoir atteint en 2007 une «altitude de croisière». Les premières années d'existence de la compagnie - marquées par des pertes abyssales et des restructurations d'envergure - semblent bien loin.

Un quart du résultat

La compagnie a accru l'an dernier son taux moyen d'occupation des sièges de 0,4 point à 80,2% (84,3% pour les liaisons internationales et 71,8% pour les vols européens), tout en relevant son offre de 13,1%.

Au niveau du fret, Swiss WorldCargo a vu son cofficient de remplissage atteindre 84,6% contre 85,5%, avec là aussi une hausse de l'offre.

Sur le plan des coûts, difficile de juger sur la base du niveau actuel de détails fourni par Swiss depuis son entrée dans le giron de Lufthansa, indique à swissinfo l'économiste Peter Morrell, de l'Université de Cranfield (Grande-Bretagne).

La compagnie «a ses coûts sous contrôle, élément qui a toujours été un problème pour elle dans le passé», note toutefois ce spécialiste de l'aviation.

Le Britannique relève les créneaux de la clientèle d'affaire dont peut profiter Swiss, la Suisse étant la base de nombreuses multinationales. «En coopération avec Lufthansa, Swiss est parvenue à extrêmement bien exploiter ces marchés, tout en maîtrisant ses coûts.»

Carburant et dollar

Peter Morrell notre autre chose. Pour lui, l'impact du niveau élevé de prix du carburant est sans doute atténué par rapport aux deux derniers exercices en raison de la faiblesse du dollar, principale monnaie de paiement dans ce domaine.

Née sur les cendres de Swissair au printemps 2002, Swiss est donc aujourd'hui en mains allemandes et son intégration dans Lufthansa est achevée depuis le 1er juillet dernier. Le géant allemand du transport aérien détient désormais, via la société helvétique Air Trust, 100% de la compagnie.

Swiss contribue d'ailleurs pour un bon quart au résultat d'exploitation de sa maison-mère d'outre-Rhin, qui affiche un montant total de 2,2 milliards de francs. Davantage qu'en termes de chiffre d'affaires où l'entité helvétique n'apporte qu'un septième des 35 milliards réalisés par le groupe.

Une compagnie suisse

Le montage garantit le statut d'entreprise suisse à Swiss, dotée d'un siège et d'une direction en Suisse, précise mercredi la compagnie. Preuve de sa forme, Swiss affiche ses ambitions en mettant la main sur Edelweiss Air, le transporteur pour vols de vacances contrôlé jusque-là par Kuoni.

La transaction, annoncée il y a un mois à peine, devrait être sous toit à fin octobre une fois reçu le feu vert de la Commission de la concurrence, selon le communiqué. Swiss estime globalement profiter à plein de son intégration dans Lufthansa, qui lui a permis également d'adhérer au réseau mondial de compagnies Star Alliance.

swissinfo et les agences

Swiss

L'ancienne compagnie nationale Swissair s'est écroulée en 2001 sous la montagne de dettes qui a fait suite à une désastreuse stratégie d'expansion.

Grâce à l'appui du gouvernement, la compagnie Swiss International Airlines a été lancée le 31 mars 2002, issue d'une fusion entre Crossair et les restes de Swissair.

En mars 2005, la compagnie a annoncé sa reprise par l'allemand Lufthansa pour un montant de 430 millions de francs suisses. En 2006, Swiss a affiché ses premiers chiffres noirs.

Swiss a créé 700 emplois en 2007 et employait à fin décembre 7277 collaborateurs (6022 emplois).

Pour l'horaire d'été 2007, sa flotte comptait 72 avions desservant 70 destinations. Depuis novembre dernier, elle propose une liaison quotidienne entre Zurich et Delhi. Shanghai sera desservie chaque jour dès mai.

En Europe, les principales nouveautés sont les liaisons quotidiennes de Zurich à Saint-Pétersbourg et Sofia, dès la fin mars.

Fin de l'infobox

Exercice record pour Lufthansa

Lufthansa a enregistré en 2007 un bénéfice opérationnel de 1,38 milliard d'euros. Son bénéfice a plus que doublé pour atteindre 1,66 milliard.

Le chiffre d'affaires de la compagnie allemande a progressé de 13% pour s'inscrire à 22,4 milliards d'euros.

Lufthansa a investi plus de 1,1 milliard d'euros l'an dernier dans le renouvellement de sa flotte.

Fin de l'infobox


Liens

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

×