Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Valora dans une zone de turbulences

Les déboires de Valora viennent de son principal secteur, celui des kiosques

(Keystone)

Plombé par les mauvaises ventes de ses kiosques, le groupe de distribution bernois marque le pas. Lors des six premiers mois de l'année, Valora a vu son bénéfice net divisé par deux. Son chiffre d'affaires est resté stable.

Pour renverser la vapeur, le groupe bernois ne va pas changer de stratégie mais plutôt en accélérer le mouvement. Le cours de l'action a nettement chuté.

Valora n'atteindra pas ses objectifs annuels et ne rattrapera pas le retard du 1er semestre, plombé par les mauvaises ventes de ses kiosques. Selon le patron du groupe bernois de distribution Peter Wüst, les pertes ne pourront pas être compensées durant le second semestre.

Comme déjà annoncé vendredi dernier, le bénéfice net s'est inscrit à 11,9 millions de francs de janvier à juin, soit plus de la moitié en moins sur un an (- 55%). Le chiffre d'affaires est resté plus ou moins stable à 1,43 milliard de francs. Dans ce contexte, l'objectif annuel de 3 milliards ne sera pas atteint.

Les raisons de l'érosion

Les déboires de Valora viennent de son principal secteur, celui des kiosques (Retail). Au cours du premier semestre, la division a dégagé une perte opérationnelle de 6,1 millions de francs, contre un bénéfice de 10,8 millions un an plus tôt.

Plusieurs facteurs expliquent cette érosion. Les ventes de journaux sont en baisse, à l'instar de celles de tabac. La faute revient notamment aux législations interdisant la fumée dans les lieux publics ou la hausse du prix des cigarettes, a expliqué Peter Wüst mardi à Zurich.

Valora a aussi souffert de la baisse des ventes des figurines à collectionner, après l'effervescence engendrée par le Championnat du monde de football en 2006. Les loteries ont pour leur part généré moins de revenus, par manque de grands jackpots au 1er semestre selon Peter Wüst. Et l'élargissement de l'assortiment alimentaire n'a pas pu compenser toutes ces pertes.

Des mesures radicales

Le patron de Valora considère néanmoins que la stratégie adoptée par son groupe est la bonne. Les vents contraires soufflent plus fort que prévu, c'est pourquoi les mesures de rationalisation devront être introduites plus rapidement et de manière plus radicale, a-t-il martelé.

La division des kiosques en Suisse a subi les premières conséquences de cette prise de conscience. Son patron a été remercié lundi et remplacé séance tenante par M. Wüst lui-même.

La stratégie pour relancer ce secteur passe désormais par une réadaptation de l'assortiment, la réorganisation du réseau de filiales et sa modernisation.

Le recentrage du groupe tout entier sur ses activités commerciales est lui maintenu. Le processus de cession des marques alimentaires de Valora (dont les biscuits Kägi et les produits Roland) se poursuit. Plusieurs intéressés sont sur les rangs.

Syndicat et Bourse inquiets

Les explications des dirigeants de Valora n'ont toutefois pas convaincu le marché.

Les actions du groupe sont restées sous pression mardi à la Bourse suisse. En début d'après-midi lundi, l'action valait 240,2 francs, en baisse de 5,6%. Vendredi, jour où Valora a lancé son avertissement sur résultats, l'action avait chuté de 8,4% à 254,25 francs.

Les syndicats se sont aussi montrés inquiets de la situation. Syna a salué la nomination de Peter Wüst à la tête de la division Retail tout en craignant les mesures d'économie. Le recul des ventes des kiosques vient principalement de l'introduction de nouveaux projets, a estimé le syndicat dans un communiqué.

De son côté, Unia a fait part de son scepticisme. L'organisation craint que le personnel des kiosques ne fasse les frais des nouvelles stratégies annoncées et ne voit ses conditions de travail se détériorer.

swissinfo et les agences

3 x International

Valora Retail: le groupe possède des kiosques et des petits magasins de détail situés dans des endroits très fréquentés en Suisse et en Europe. Cette division de Valora distribue ainsi de manière disséminée des produits de presse et des biens de consommation à usage quotidien.

Valora Media: un centre de distribution propre au groupe lui permet de distribuer des produits de presse et d'imprimerie dans ses points de vente et à des clients particuliers en Suisse, en Autriche et au Luxenbourg.

Valora Trade: cette division de Valora fonctionne comme partenaire de distribution exclusif pour des produits alimentaires et non-alimentaires de marque dans le commerce de détail. Valora possède également des unités de production en Suisse, en France, en Norvège et en Suède actives dans le domaine des chips, biscuits, apéros et produits de longue conservation.

Fin de l'infobox


Liens

×