Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

En 2009, le ballon cède sa place au puck

(Keystone)

Quelques mois seulement après la fin d'un Euro de football réussi, la Suisse se prépare à accueillir un autre événement sportif majeur. Le Championnat du monde de hockey aura lieu du 24 avril au 10 mai prochain dans les villes de Berne et Zurich. Le succès populaire sera-t-il au rendez-vous?

Au printemps prochain, les amateurs de hockey seront servis. Durant 17 jours, les 16 meilleures équipes nationales du monde disputeront un total de 56 matches à Berne et à Kloten, dans la banlieue zurichoise. Quatre mois avant le coup d'envoi, ce Championnat du monde de hockey, annoncé comme l'événement sportif majeur de 2009 en Suisse, peinent toutefois à trouver une véritable résonance au sein de la population.

«C'est tout à fait normal, estime Gian Gilli, secrétaire général du comité d'organisation. Le public ne se projette pas aussi loin et est pour l'instant occupé par bien d'autres événements sportifs qui ont lieu cet hiver. Mais je ne me fais pas de souci, les vrais fans de hockey sont prêts pour la fête».

450'000 billets en vente

Sur les 450'000 billets à disposition, 120'000 ont déjà trouvé preneur. Pour rentrer dans leurs frais, les organisateurs doivent en vendre 300'000. «L'impact du hockey n'est pas comparable au football. De plus, nous organisons 56 matches en Suisse, contre seulement 15 pendant l'Euro. C'est difficile d'écouler les billets pour certaines rencontres peu attrayantes», explique Gian Gilli.

Onze ans après le dernier Mondial organisé en Suisse, l'occasion est belle de redonner une nouvelle publicité au 2e sport collectif majeur du pays. «Nous voulons rendre le hockey encore davantage populaire au sein de la société suisse, déclare Gian Gilli. Le public aura l'occasion de voir un hockey d'un niveau extraordinaire.»

La fréquence annuelle du tournoi ainsi que la tenue en parallèle des séries finales du championnat nord-américain (NHL), où évoluent les meilleurs joueurs du monde, donnent toutefois un sérieux coup de frein à l'intérêt pour cette manifestation dans certains pays. «Ce sont des données que nous devons accepter. En tant qu'organisateurs, nous ne pouvons rien faire là-contre.»

L'équipe de Suisse comme en 1998?

L'engouement pour ce Mondial dépendra en bonne partie du parcours de l'équipe de Suisse. C'est justement lors des dernières joutes mondiales organisées à domicile, en 1998, qu'elle avait réussi pour la dernière fois à se hisser en demi-finales. De bon augure pour 2009?

«La voie de la qualification pour les quarts de finale sera comme toujours semée d'embûches. Mais je suis convaincu que si l'on arrive à se hisser à ce stade de la compétition, le soutien du public à Berne pourrait nous donner ce petit plus d'énergie qui nous aiderait à nous surpasser», a récemment déclaré Ralph Krueger à tsrsport.ch.

Depuis son arrivée à la tête de l'équipe de Suisse il y a 12 ans, le coach canado-allemand de la «Nati» a qualifié 8 fois son équipe pour les quarts de finale de Mondiaux et a réussi à installer son équipe parmi les 8 meilleures nations mondiales. Il faudra toutefois un exploit pour voir la Suisse aller au bout de l'aventure, tant l'écart qui sépare les meilleures équipes du monde (Russie, Canada, Etats-Unis, Finlande, Suède, République tchèque, Slovaquie) aux viennent-ensuite est important.

Un exploit de plus?

Mais des exploits, la Suisse en a déjà réussis par le passé. Les victoires contre la Russie aux Mondiaux de St-Pétersbourg en 2000 ou ses succès aux JO de Turin en 2006 face au Canada et à la République tchèque en sont les meilleurs exemples. Avec des schémas ultra-défensifs et un jeu offensif basé sur la contre-attaque, la Suisse se donne en tout cas depuis de nombreuses années les moyens de poser des problèmes aux meilleures équipes.

Et même si certains observateurs fustigent ce jeu jugé trop attentiste, Ralph Krueger a prouvé jusqu'ici son efficacité en faisant du hockey le sport collectif majeur le plus compétitif du pays sur le plan international. Les Mondiaux de 2009 seront peut-être l'occasion de faire taire définitivement les détracteurs.

Pour les joueurs de l'équipe de Suisse, des Championnats du monde à domicile représentent une belle occasion de se mettre en vitrine face aux recruteurs du monde entier. Avec pour rêve d'accéder un jour à la NHL, et d'y faire son nid à l'instar des Mark Streit, Jonas Hiller, Martin Gerber ou autre Luca Sbisa.

Peu de retombées

Si le hockey suisse profitera de ces Mondiaux pour améliorer son image de marque et ses infrastructures, les retombées économiques ne devraient pas être très importantes, comme le reconnaît Gian Gilli. «Nous générerons beaucoup de nuitées aux alentours de Berne et de Zurich. Mais il ne faut pas se le cacher, les retombées pour l'économie et le tourisme à plus long terme seront minimes».

Plus que des gains immédiats, c'est l'image d'une Suisse organisatrice d'événements sportifs d'exception qui devrait à nouveau sortir gagnante. Aucun débordement violent n'ayant été à déplorer durant les 73 ans d'histoire des championnats du monde de hockey, le comité d'organisation peut attendre les supporters du monde entier avec sérénité.

swissinfo, Samuel Jaberg

MONDIAL 2009 DE HOCKEY

Le Championnat du monde de hockey aura lieu du 24 avril au 10 mai 2009 à Berne et Zurich.

La patinoire de Berne pourra accueillir 11'600 spectateurs par rencontre, le Schlüfweg de Kloten 6800.

Seize équipes participent au tournoi. La Suisse disputera ses trois premières rencontres, dans le groupe B, face à la Russie, à l'Allemagne et à la France.

Les 3 meilleures équipes des 4 groupes disputeront ensuite un tour intermédiaire dans deux groupes de 6 équipes d'où sortiront les 8 quarts de finalistes.

Dès les quarts de finale, chaque rencontre est éliminatoire.

Fin de l'infobox

DEBUT DE LA PREPARATION

La préparation en vue du Mondial a déjà commencé pour l'équipe de Suisse.

Entre le 17 et le 20 décembre, les Helvètes ont disputé trois matches amicaux (victoire contre l'Allemagne et la Slovaquie, puis défaite contre cette même équipe de Slovaquie).

Jusqu'à présent, l'entraîneur Ralph Krueger a procédé à une large revue d'effectif. Dès février commencera la phase de sélection définitive de l'équipe.

Les prochaines échéances pour l'équipe de Suisse sont programmées début février. Elle affrontera la Biélorussie le 4 février à Genève et deux fois la Slovaquie (6 et 7 février à Gstaad).

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×