Encore la grève, en attendant les négociations

Les 150 employés de Filtrona sont en grève depuis mardi. Keystone

Manifestation de soutien samedi aux employés en grève de Filtrona à Crissier (Vaud). La direction a accepté des négociations, qui doivent débuter lundi.

Ce contenu a été publié le 04 décembre 2004 - 12:03

A cette occasion, la direction du groupe Bunzl, nouveau propriétaire de cette usine de filtres à cigarettes, fera le déplacement depuis Londres.

Ils et elles étaient deux cents selon les syndicats, cent selon la police, à partir samedi matin de l’usine Filtrona pour rejoindre la place du marché de Renens, dans la banlieue ouest de Lausanne.

Les manifestants, essentiellement des employés, des syndicalistes et quelques politiciens locaux, portaient des banderoles témoignant de leur détermination. «150 emplois en fumée: NON», pouvait-on lire sur les placards. «Nous voulons travailler», scandaient les participants.

A Renens, le défilé a été accueilli par une foule d'au moins 500 sympathisants. Des employés ont pris la parole pour expliquer leurs revendications, soutenus ensuite par des élus locaux. Le personnel poursuit sa grève jusqu'à sa nouvelle assemblée générale, lundi à 13h00.

«Les ouvriers décideront de la suite à donner au mouvement à ce moment-là», explique Denise Chervet, du syndicat Comedia. Personnel et direction de Filtrona devraient s'asseoir à la table des négociations en début de semaine prochaine: les deux parties ont accepté vendredi l'entrée en jeu d'une commission de conciliation.

«Nous sommes convaincus que cette grève est pour quelque chose dans cette nouvelle étape», ajoute la syndicaliste. «Selon l'évolution des discussions, la grève sera peut-être encore utile.» Pour l'heure, le climat est détendu: les menaces de licenciement sont devenues caduques.

Intervention gouvernnementale

Durant la journée de vendredi, la présidente du gouvernement vaudois et ministre cantonale de l’économie Jacqueline Maurer s'est entretenu tour à tour avec les représentants du personnel et de Comedia, ainsi que le patron de l'entreprise. Ce dernier a contacté la direction de son groupe, à Londres, qui fera le déplacement de Crissier pour les négociations.

En grève depuis mardi, les salariés de Filtrona Suisse craignent le démantèlement de leur usine de fabrication de filtres à cigarettes, rachetée en octobre 2003 à Baumgartner Papier par la multinationale britannique Bunzl. Quelque 150 emplois sont en jeu, dont environ 130 postes fixes.

Filtrona emploie 4800 personnes au niveau international. Elle constitue une partie importante de Bunzl, qui compte 12’000 collaborateurs et figure au FTSE 100, l'indice des grandes capitalisations boursières britanniques. Le groupe est réputé pour sa discrétion, se contentant de publier ses résultats et d'annoncer des ventes ou acquisitions.

swissinfo et les agences

En bref

- L'usine de Crissier a été rachetée en octobre 2003 à Baumgartner Papier par Filtrona, filiale de la multinationale anglaise Bunzl.

- Le personnel de Filtrona Suisse s'inquiète de divers signaux donnés par la direction anglaise du groupe.

- Deux machines pour la fabrication de filtres spéciaux ont été démontées et envoyées en Angleterre. Une troisième machine devrait suivre. Des machines ne sont plus réparées.

- Les réserves de matériel sont au minimum. Le carnet de commande pour janvier est vide.

- Des cadres techniques ont été licenciés sans être remplacés.

- A la production, 35 personnes ont été engagées par l'entremise d'agences de travail temporaires.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article