Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Enseignement du français La guerre des langues relancée en Thurgovie

L’enseignement du français à l’école primaire est menacé en Suisse alémanique. Le canton de Thurgovie a confirmé mercredi sa volonté de repousser l’apprentissage de la langue de Molière au niveau secondaire. Des débats similaires font rage dans les cantons de Zurich, Bâle et les Grisons.

Le parlement thurgovien n'en démord pas: il veut supprimer l'enseignement du français à l'école primaire. Il a confirmé mercredi son vote de 2014 en approuvant une modification de la loi scolaire en première lecture. Le français serait enseigné de manière renforcée dès la 7e année.

(1)

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le débat de seconde lecture sur ce sujet controversé aura lieu le 17 mai. Le vote final du législatif est attendu le 14 juin. Les citoyens thurgoviens pourraient toutefois avoir le dernier mot. Il suffit pour cela que 30 députés se prononcent en faveur d'un référendum.

Les bienfaits de l’apprentissage de deux langues nationales ont pourtant été prouvés. A niveau de formation égal, quelqu’un qui connaît le français et l’allemand gagnerait en moyenne 14% de plus qu’une personne qui ne parle qu’une des deux langues, selon le professeur d’économie François Grin.

(2)

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Thurgovie montrée du doigt 

Il y a trois ans, l'adoption de la motion en faveur de la suppression du français à l'école primaire avait suscité la polémique dans le reste du pays. La Thurgovie était accusée de menacer l'entente entre les régions linguistiques. 

Le conseiller fédéral Alain Berset est intervenu en proposant une loi fédérale garantissant l'enseignement d'une deuxième langue nationale à l'école primaire. Il a ensuite fait machine arrière tout en menaçant de revenir à la charge si ce principe était remis en cause.

Le débat des langues s’immisce dans plusieurs cantons 

Le 21 mai prochain, les Zurichois voteront sur une initiative des milieux de l'enseignement demandant la réduction à une seule langue étrangère enseignée à l'école primaire. Un objet similaire sera soumis aux citoyens des cantons de Lucerne, de Bâle-Campagne et des Grisons.

Fin de l'infobox

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

×