FC Saint-Gall-Galatasaray: 128 millions d'écart

Charles Amoah (à droite) lors du match de St-Gall contre Lausanne Sports le 4 août dernier. Keystone

Au cours des trois dernières éditions de la Ligue des champions, la Suisse a brillé par son absence. Le FC Saint-Gall réussira-t-il à terrasser Galatasaray? Le match aller est pour mercredi 8 août au Hardturm de Zurich.

Ce contenu a été publié le 07 août 2000 - 10:23

Le FC Sion avait échoué au troisième tour des qualifications en 1997, les Grasshoppers en 1998 et le FC Servette en 1999. Le FC Saint-Gall mettra-t-il un terme à cette série d'insuccès?

A priori, la tâche semble impossible. Il suffit de comparer les moyens financiers des deux clubs. Le budget de Galatasaray atteint la somme vertigineuse de 134 millions de francs alors que celui du FC Saint- Gall plafonne à 6 millions. En dépit de cette différence abyssale, la partie n'est pas gagnée d'avance pour la prestigieuse société omnisport d'Istanbul, bien que les Saint-Gallois soient contraints de renoncer à leur stade fétiche mais sous-équipé de l'Espenmoos.

Marcel Koller a mesuré l'ampleur de sa tâche en visionnant samedi les Turcs au tournoi de Munich. Il les a vus contre le Real Madrid s'incliner sur la marque de 3-2. Le Brésilien Jardel, le successeur de Hakan Sukur, l'a particulièrement impressionné. «Non seulement il est très fort dans le jeu aérien mais il possède un dribble déroutant. Je comprends mieux pourquoi il a marqué dix buts pour le FC Porto en Ligue des champions!»

Transféré pour 26 millions sur les bords du Bosphore, Jardel n'est pas le seul canonnier de l'équipe. Meilleur buteur du championnat de Turquie 1999/2000, Serkan, venu de Samsunspor, compense lui le départ d'Arif à la Real Sociedad. Avec l'arrivée de Jardel, Galatasaray accentue la touche brésilienne qu'offrait déjà la saison dernière la présence du gardien Taffarel, de l'arrière Capone et de l'attaquant Marcio lequel s'est mis en évidence au tournoi de Munich.

Mais le FC Saint-Gall possède également dans ses rangs des représentants du pays de Pelé. Dernière recrue, l'ex-sociétaire de Corinthians Sao Paolo, Didi (24 ans) a laissé une excellente impression lors de sa première apparition à l'Espenmoos contre Lausanne Sports. Il semble capable d'épauler efficacement Amoah, auteur de 25 buts la saison dernière.

Sédunois et Grasshoppers gardent un souvenir cuisant des ravages exercés à leurs dépens par la paire Hakan Sukur/Hagi. Le premier a été séduit par une offre mirobolante de l'Inter de Milan alors que le second est suspendu en raison de son expulsion en finale de la Coupe de l'UEFA contre Arsenal. Le Roumain est l'âme de l'équipe. Mieux que personne, il provoque l'action de diversion qui déroute l'adversaire. Dans son style, il est irremplaçable. Le nouvel entraîneur Mircea Lucescu le sait mieux que personne puisqu'il guida ses premiers pas en équipe nationale de Roumanie.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article