Federer à la recherche de l'impossible exploit

Le service de Federer sera l'une des clefs du match. Keystone Archive

Le match-phare des huitièmes de finale met aux prises, lundi, le maître absolu des lieux, Pete Sampras, à un outsider suisse aux dents longues, Roger Federer. Quarante victoires contre une seule défaite à Wimbledon depuis 1993, recordman des titres en Grand Chelem, l'Américain est le roi incontesté du gazon anglais.

Ce contenu a été publié le 01 juillet 2001 - 21:45

C'est ce monument vivant que Roger Federer va tenter de faire chuter de son piédestal sur le central londonien, peut-être le court le plus prestigieux du monde. Face à Pete Sampras, le Bâlois cherchera à accomplir le plus bel exploit de sa jeune carrière...

L'Américain partira dans la peau du grandissime favori, le Suisse dans le rôle du petit Poucet. Les deux hommes ne se sont jamais affrontés en match officiel. A peine se sont-ils entraînés à une seule reprise.

Mais comme le relèvent plusieurs spécialistes, une surprise n'est pas à exclure. «Le temps est venu pour Federer de se lever et de montrer de quoi il est vraiment capable», mentionne par exemple John McEnroe, expert en la matière et triple vainqueur de Wimbledon.

A bientôt 20 ans, Roger Federer, dont le jeu est souvent comparé à celui d'un certain Sampras, doit encore passer à la vitesse supérieure, ne pas trop tarder à exploser, comme le firent par le passé les Borg, Becker ou Agassi dans les jardins anglais.

«Je sais que mon jeu est taillé pour réussir à Wimbledon, admet Roger Federer. Je sais aussi qui j'aurai en face de moi lundi après-midi». Depuis le début de l'année, le numéro un suisse a poursuivi son ascension, s'établissant à la 15e place mondiale, au 7e rang de la Champions Race et réalisant une bonne première semaine à Wimbledon où son mental d'acier lui a permis d'économiser son énergie.

De son côté, Pete Sampras, tête de série numéro un, est arrivé à Londres les poches vides. Son compteur reste bloqué depuis sa victoire historique à Wimbledon en 2000, contre Patrick Rafter. « Je n'y pense pas, même si un titre ici ou là aurait redoré mon palmarès. De toute façon, il n'y a aucune raison pour que je ne me remette pas à gagner de gros matches.» Histoire de montrer qu'il reste la référence absolue, en tout cas sur gazon.

Jonathan Hirsch

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article