Federer prépare l'Australian Open à Bienne

A 20 ans, Roger Federer est l'idole du tennis suisse. Keystone Archive

Depuis trois semaines, le No 1 suisse sue sang et eau sur les courts de Swiss Tennis sur fond de réconciliation définitive.

Ce contenu a été publié le 20 décembre 2001 - 11:43

Les courts couverts de Swiss Tennis, à Bienne. Roger Federer répète ses gammes et affûte sa forme sous l'œil avisé de son entraîneur Peter Lundgren et de Peter Carter. La nomination de ce dernier à la tête de l'équipe suisse de Coupe Davis fait le bonheur du Bâlois.

«Le choix de Peter Carter a été le fruit d'une longue discussion entre Swiss Tennis et tous les joueurs», se réjouit le porte-drapeau masculin du tennis helvétique. Aujourd'hui, l'affaire Jakob Hlasek a été définitivement jetée aux oubliettes.

«Hormis ce différend concernant la Coupe Davis, je n'ai pas eu de problèmes avec Swiss Tennis. J'ai toujours été très bien soutenu et je lui dois en partie ma situation actuelle.»

Opération séduction

Mercredi, Roger Federer a fait le bonheur de plus de 200 enfants et parents lors d'une séance d'autographes organisée par Swiss Tennis. Le Bâlois était tout sourire: «je n'ai pas souvenir qu'un tel événement ait été mis sur pied.»

Et le charme de «Rodgeur» opère. Comme toujours. Par sa simplicité et sa disponibilité, il communie avec son public comme nul autre ne semble savoir le faire. Et ses fans le lui rendent bien. A 20 ans, il est véritablement l'idole du tennis suisse.

Derniers instants de répit. Le 26 décembre, Roger Federer s'envolera pour l'Australie. Associé à son amie Miroslava Vavrinec, il disputera la Hopman Cup à Perth.

Le Bâlois poursuivra ensuite seul sa tournée sur la côte Est, via le tournoi de Sidney. Son périple s'achèvera enfin à l'Open d'Australie, théâtre du premier Grand Chelem de l'année.

Raphael Donzel

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article