Israël-Suisse, une première riche en symboles

Bernt Haas (à droite), Hakan Yakin en plein entraînement, mercredi à Freienbach, avec leurs coéquipiers avant le match contre les Israéliens. Keystone

L’équipe de Suisse s’en va au-devant d’une mission délicate samedi soir à Tel Aviv, dans sa course à la Coupe du monde 2006.

Ce contenu a été publié le 07 octobre 2004 - 13:23

Il s’agira du premier duel officiel entre les deux groupes. L’ambiance s’annonce chaude dans un pays qui a retrouvé le droit d’évoluer devant son public.

Au programme samedi soir: le premier Israël-Suisse officiel de l’histoire du football international. Un tournant pour les deux équipes engagées dans le même groupe éliminatoire de la Coupe du monde 2006 et, pour l’instant, co-leaders avec la France et l’Irlande avec 2 matches et 4 points.

Köbi Kuhn lucide

«Nous sommes conscients de la difficulté qui nous attend, prévient le sélectionneur national Köbi Kuhn. J’ai observé le jeu israélien: c’est une équipe très engagée qui n’a pas tenu tête par hasard à la France le mois dernier.»

Le choc se disputera à Ramat-Gan , dans la banlieue de Tel Aviv. Avec une signification particulière pour les deux formations.

A ce jour, seules quatre confrontations amicales ont réuni sur une même pelouse Israéliens et Suisses. Avec un match nul (0-0) à Tel Aviv en 1964 (« Je m’en souviens très bien, lâche Köbi Kuhn, qui était sur le terrain), un succès israélien (1-0) en 1968, puis deux victoires de la Suisse de Daniel Jeandupeux en 1987 (1-0 à Aarau, 2-0 à Tel Aviv).

Mais, alors que les chemins de la France et d’Israël ne cessent de se croiser depuis 12 ans, jamais à ce jour Helvètes et Hébreux ne s’étaient retrouvés dans une même poule éliminatoire d’un Euro ou d’une Coupe du monde.

Une bouffée d’oxygène

Pour la Suisse, il s’agit d’un premier tournant, après le début réussi, mais sans plus, contre les Iles Féroé (6-0) et l’Irlande (1-1) à Bâle. Le retour d’Alexander Frei est attendu comme une bouffée d’oxygène.

Après avoir été au cœur de la tempête pour son célèbre crachat à l’Euro 2004, l’attaquant prolifique du Stade Rennais est en quête de revanche, suite à sa suspension de trois matches.

Côté israélien, l’événement est attendu comme une grande célébration nationale. Après avoir vu ses stades suspendus pendant trois ans de toutes compétitions internationales pour des raisons de sécurité, les joueurs de l’entraîneur Avraham Grant goûtent à nouveau aux joies d’évoluer devant leur public.

Après un ballon d’essai réussi en septembre contre Chypre (2-1), l’accueil de la Suisse est prévu comme une fête avec, peut-être, un stade qui affichera guichets fermés (soit 41'000 âmes). A cet effet, les prix ont été largement revus à la baisse pour encourager les spectateurs à supporter leur équipe.

L'aveu des joueurs

Interrogés, les footballeurs suisses avouent presque tous ne pas savoir grand chose de leurs homologues israéliens. Avi Tikva, ex-Grasshopper et Young Boys, n’est plus retenu en sélection nationale. «Mais plusieurs séances vidéo nous permettront encore de nous familiariser avec eux», relève le défenseur central Patrick Müller.

Le noyau de l’équipe bleue et blanche est aujourd’hui constitué par les représentants de Maccabi Haifa, grand dominateur du championnat israélien, complétés par des éléments du Maccabi Tel Aviv (engagé en Ligue des Champions avec l’Ajax Amsterdam, la Juventus Turin et le Bayern Munich), ainsi que par les deux leaders de l’équipe.

Le capitaine Avi Nimni (Betar Jerusalem) est le dernier rescapé du groupe qui avait privé la France de la Coupe du monde 1994, en s’imposant 3-2 au Parc des Princes. Alors que le jeune Yossi Benayoun (24 ans) , capitaine du Racing Santander (Espagne) est le nouvel héros de l’équipe.

swissinfo, Jonathan Hirsch

Faits

La Suisse et Israël font partie du même groupe éliminatoire de la Coupe du monde 2006.
Après avoir été suspendu, c’est le grand retour d’Alexander Frei au sein de l’équipe nationale.
La sécurité sera assurée par l’armée et la police.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article