JO d'hiver 2010: avantage Davos

Keystone Archive

Le conseil exécutif de Swiss Olympic s'est prononcé en faveur de la candidature «Davos 2010» pour l'organisation des Jeux Olympiques d'hiver 2010 en Suisse. Mais la décision définitive concernant cette candidature reviendra à l'assemblée extraordinaire du parlement sportif, le 5 septembre.

Ce contenu a été publié le 28 août 2001 - 23:13

Swiss Olympic a jugé que les deux dossiers «Davos 2010» et «Bern 2010» étaient de niveau international. Toutefois, les votations populaires prévues le 2 décembre, le réalisme du dossier financier ainsi que «les meilleures possibilités d'optimisation des infrastructures actuelles et la concentration des lieux de compétitions» ont fait pencher la balance en faveur de la candidature grisonne.

Il avait été décidé précédemment qu'une seule candidature serait proposée par la Suisse au CIO. L'organisation des Jeux 2010 sera attribuée en 2003.

On y croit

Le comité de candidature de Davos s'est dit «extrêmement soulagé». Chez leurs adversaires de Berne-Montreux, même déçus, on poursuit, confiants, le combat. Le choix du Comité exécutif de Swiss Olympic mardi à Berne est un premier pas, même si rien n'est encore joué, a indiqué Hansjörg Trachsel, président du comité de candidature de Davos.

Il reste deux étapes importantes à franchir pour Davos: le vote du législatif de Swiss Olympic le 5 septembre et le vote du canton des Grisons le 2 décembre. En plus de son accord, il doit donner son feu vert à une garantie de déficit de 20 millions de francs. Il y a 21 ans, une première candidature des Grisons avait été refusée en votation.

Eléments déterminants

Si les deux projets satisfont aux exigences d'une candidature internationale, celui de Davos-Zurich présente des avantages qui ont été déterminants pour la décision du Conseil exécutif: le concept de financement est plus réaliste et il est possible de mieux concentrer les sites de compétition, a indiqué Swiss Olympic.

Davos a par exemple le meilleur accès du public aux compétitions de ski, selon le président de la commission d'évaluation et secrétaire général de Swiss Olympic, Martin Rutishauser. En revanche les sites choisis pour les compétitions elles-mêmes ne surpassent pas ceux de Berne-Montreux.

Un point joue toutefois en défaveur de Davos. L'isolation des matches de hockey à Zurich pose un problème. Mais d'ici au 5 septembre, les deux projets ne vont plus être modifiés.

Tout se jouera le 5 septembre

Tout va se jouer le 5 septembre, quand le parlement de Swiss Olympic fera son choix. Les représentants de 80 associations sportives, les membres suisses du Comité international olympique et trois athlètes forment le législatif, qui comptent 463 voix au total.

Si le parlement de Swiss Olympic penche pour la candidature de Berne-Montreux, celle-ci dépendra alors d'un crédit d'urgence de 100 millions de francs de la Confédération. Si le peuple grison dit non ou si la Confédération n'ouvre pas un crédit pour Berne-Montreux, il n'y aura alors pas de candidature suisse.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article