Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'aventure du café pour cinq marins suisses

Le multicoque de Stève Ravussin.

(Transat Jacques Vabre)

Les monocoques participant à la Transat en double Jacques Vabre, entre Le Havre et Salvador de Bahia, ont hissé leurs voiles samedi. Le départ des multicoques est repoussé en début de semaine.

Cinq marins suisses participent à l’aventure du café. Tous prétendent à une place sur le podium.

Sous une pluie diluvienne au Havre, les marins rêvent déjà du soleil brûlant, des sables fins et des boissons exotiques qui les recevront à l’arrivée.

Comme à son habitude depuis trois ans maintenant, Salvador de Bahia attendra avec impatience les voiliers de la Transat Jacques Vabre qui toucheront terre dans une quinzaine de jours pour les plus rapides.

Mais avant d’humer le doux parfum du café, les 38 concurrents de cette année, toutes catégories confondues, devront traverser l’Atlantique Nord, franchir l’Equateur, sillonner l’Atlantique Sud, et braver les dangers du mythique Pot-au-Noir.

Monocoques et multicoques

Pour les 22 monocoques et les petits multicoques qui étaient sur la ligne de départ au Havre ce samedi, le parcours s’échelonnera sur 4340 milles nautiques.

De leur côté, les multicoques de 60 pieds s’élanceront mardi au plus tôt. Les organisateurs ont repoussé leur départ en raison des mauvaises conditions météorologiques.

La course prévoit que les multicoques effectuent un détour par l’île de l’Ascencion, dans l’Atlantique Sud, pour parcourir les 5200 milles qui les séparent de l’ancienne capitale brésilienne.

Un plateau de rêve

Pour son dixième anniversaire, la Transat Jacques Vabre a une nouvelle fois réuni les meilleurs marins du moment.

Des grands noms de la course au large comme Ellen MacArthur, vainqueur de la Route du Rhum, Michel Desjoyeaux, vainqueur du Vendée Globe, ou encore l’incontournable marin français Loïck Peyron, figurent parmi les skippers présents sur le ponton du Havre.

C’est que cette transat, appelée aussi Route du Café, s’inscrit de plus en plus comme une des compétitions de référence dans le calendrier des grandes courses au large.

La belle aventure du café débute en 1993 avec un parcours qui emmenait alors les 13 bateaux en lice jusqu’à Cartagena, en Colombie. Elle en compte désormais 37 et le chemin s’est allongé jusqu’au Brésil.

«Avec l’introduction des multicoques 60 pieds, la course a pris un caractère encore plus intéressant et passionnant. C’est une longue et belle épreuve qui a en outre l’avantage de nous amener vers le soleil », ajoute Stève Ravussin avec une pointe d’humour.

Des Suisses parmi les meilleurs

Ce n’est ni la première ni la dernière fois que des marins descendus des Alpes suisses se jetteront à l’assaut de l’Atlantique.

Stève Ravussin d’ailleurs espère bien conserver son titre obtenu lors de l’édition 2001 avec le Français Franck Cammas. Mais, cette fois-ci, le Vaudois se lancera dans l’aventure avec son frère Yvan.

«J’ai mis toutes les chances de mon côté et j’entends bien gagner cette épreuve une nouvelle fois. Nous avons passé plus de 10'000 heures à préparer notre bateau et nous estimons avoir une équipe météo solide. Naviguer avec mon frère me donne pleine confiance, c’est le meilleur coéquipier qui soit.»

Dominique Wavre, qui mènera son monocoque avec l’aide de sa compagne Michèle Paret, ambitionne quant à lui le podium.

Meilleur skipper de l'année

Le Genevois, n’ayant toujours pas trouvé de sponsor, a rencontré de sérieuses difficultés financières et a donc mené sa préparation avec un budget limité.

«Nous avons presque tout fait nous-mêmes, ce qui n’empêche pas que le bateau soit impeccable et plus rapide que jamais. Naviguer en couple est un plus indéniable. Il y a une complicité et une compréhension naturelle.»

Le marin a du coup laissé l’espace vide de sa coque à la disposition de Carrefour-Prévention, un organisme genevois de prévention et de promotion de la santé.

Bernard Stamm, soulagé et heureux d’avoir trouvé un nouveau sponsor qui l’accompagnera jusqu’en 2005, partagera, quant à lui, l’expérience de sa seconde participation avec un marin français: Christophe Lebas.

Son résultat final ne changera rien à son sacre programmé de meilleur skipper de l’année. Un titre qui ne l’empêche pas de penser à une prochaine victoire, peut être à Salvador de Bahia.

Enfin le franco-suisse Laurent Bourgnon - vainqueur en 1997 avec son frère Yvan - disputera sa cinquième Transat Jacques Vabre. Il aura également un Français pour partenaire. Il s'agit de Philippe Monnet.

swissinfo, François Egger

Faits

38 concurrents sont au départ de la Transat Jacques Vabre 2003.
Il s’agit de la sixième édition de l’aventure du café qui fête pourtant ses dix ans (1993, 1995, 1997, 1999, 2001 et… 2003)
Le départ des monocoques (Bernard Stamm et Dominique Wavre) a été donné samedi.
Celui des multicoques (Laurent Bourgnon et les frères Ravussin) mardi au plus tôt.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse