Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'idée d'un Fonds d'indemnisation est gelée

Les victimes d’erreurs médicales doivent affronter une longue série d’obstacles avant de recevoir une éventuelle indemnisation.

L’idée d’un Fonds d’indemnisation avait été lancée en été 2002. Mais aucun financement n’a été trouvé.

Déshabitué à vivre avec un certain risque



Le vice-président de la FMH Yves Guisan avait alors lancé une initiative soutenue par la Croix-Rouge suisse, la Société suisse pour la politique de la santé et la FMH pour créer ce fonds, dont le coût annuel aurait été de 40 millions de francs.

Mais il ne s’est rien passé. Selon Trix Heberlein, présidente de Swisstransplant interrogée mardi à Zurich, l’idée est même «enterrée» car «aucun financement n’a été trouvé.»

Daniel Scheidegger, anesthésiste bâlois pionnier suisse en matière de détection des erreurs médicales, met de son côté en garde contre les dangers d’abus.

«Le problème, dit-il, c’est qu’on n’est plus habitué à vivre avec un certain risque. Nous trouvons ce qui s’est passé à Zurich insupportable, et ça l’est, à bien des égards. Mais il ne faut pas oublier que la transplantation ne garantissait pas à la victime de survivre.»

«Le Fonds, poursuit le médecin bâlois, aurait couru le risque de recevoir une avalanche de demandes de gens qui, dès que quelque chose ne fonctionne pas, veulent être indemnisés.»

«Mais il est vrai que les problèmes financiers peuvent se révéler très vite très problématiques pour les familles des victimes, surtout quand c’est le mari qui décède ou qui ne peut plus travailler. Les procédures sont très longues jusqu’à l’obtention éventuelle d’un dédommagement. Dans ces cas-là, un Fonds serait une bonne chose.»

swissinfo, Ariane Gigon Bormann, Zurich

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.