L'initiative sur l'or de l'UDC en passe d'être enterrée

La BNS dispose de quelque 1300 tonnes d’or excédentaires qui ne sont plus nécessaires à sa politique monétaire. Keystone

Le Conseil national a ouvert lundi le débat concernant l'«initiative sur l'or» de l'UDC, qui propose d'allouer tout l'or excédentaire de la Banque nationale au financement de l'AVS. Mais, pour une majorité de députés, cette solution n'est que de la poudre aux yeux.

Ce contenu a été publié le 24 septembre 2001 - 20:15

La Banque nationale suisse (BNS) dispose de quelque 1300 tonnes d'or excédentaires qui ne sont plus nécessaires à sa politique monétaire. L'Union démocratique du centre (UDC) propose donc que l'entier de ce surplus soit versé au fonds de l'assurance vieillesse.

Pour l'UDC, les intérêts générés par cet or - entre 500 et 700 millions de francs par an - auraient un double avantage pour la jeunesse suisse: moins de prélèvements sur les salaires aujourd'hui et des rentes assurées demain.

Goutte d'eau

La grande majorité des députés ne croit pas du tout à la recette de l'UDC pour sauver l'AVS. Les orateurs soulignent en effet que l'argent provenant de cet or ne suffira pas à lui seul à contrer les effets du vieillissement de la population. Jacques-Simon Eggli (Lib/GE) a assez bien résumé le sentiment général en qualifiant la proposition de l'UDC de «goutte d'eau dans la mer».

Les députés, tant de droite que de gauche, ne sont d'ailleurs pas dupes des réelles intentions de l'UDC. L'initiative n'a d'autre but que de torpiller la future Fondation Suisse solidaire. Or, une majorité de députés semble tenir à ce projet tourné vers l'avenir.

«En soutenant l'initiative de l'UDC, j'aurais l'impression de vivre dans un pays où le seul souci est la vieillesse», a notamment déclaré Charles-Albert Antille (PRD/VS).

Débat-fleuve

Dans l'état actuel des débats, les députés semblent vouloir se rallier à la proposition du Conseil des Etats. Une proposition jugée «équilibrée» par de nombreux conseillers nationaux.

Cette solution sénatoriale prévoit en effet que le produit des intérêts de l'or excédentaire soit réparti en trois parts égales. Un tiers reviendrait aux cantons, un tiers à l'AVS et un tiers à la future Fondations Suisse solidaire.

Pour l'heure, les débats se poursuivent sous la coupole. Une décision ne sera prise que mardi, puisque pas moins de 38 conseillers nationaux entendent s'exprimer sur la question...

Olivier Pauchard, Palais fédéral

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article