Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La grande lessive va commencer chez Swissair

Jacqualyn Fouse est la première femme à entrer à la direction de Swissair.

(swissinfo.ch)

La Confédération et le canton de Zurich ont demandé formellement mercredi la réalisation de l'audit sur Swissair voulu par la dernière assemblée générale. Par ailleurs, Georges Schorderet quitte son poste de chef des finances du groupe pour accompagner cette opération.

La Confédération et le canton de Zurich, qui détiennent respectivement 3,1% et 3% des actions de Swissair Group, ont déposé leur requête auprès du Tribunal de district de Zurich. La démarche constitue la suite logique du vote des actionnaires lors de l'assemblée du 25 avril.

Le contrôle spécial permettra de vérifier si les organes dirigeants de l'ex-SAirGroup ont failli à leur devoir de diligence. Plus généralement, cette démarche vise à aider les actionnaires dans l'exercice de leurs droits.

En fonction des conclusions du juge, la Confédération décidera ensuite s'il est opportun de déposer une plainte en responsabilité contre les anciens organes dirigeants du groupe, a précisé Jakob Kilchenmann, du service juridique de l'Administration fédérale des finances. Pour cela, il faut qu'une infraction au devoir de diligence soit clairement établie.

Une erreur de stratégie ne saurait justifier à elle seule le dépôt d'une plainte, a ajouté M. Kilchenmann. La Confédération dit vouloir agir pour Swissair Group et non contre lui.

Le même jour, Swissair a annoncé le départ de Georges Schorderet (48 ans) de son poste de chef des finances du groupe, fonction qu'il assumait depuis le 1er janvier 1996. Le Fribourgeois sera remplacé par l'Américaine Jacqualyn Fouse (40 ans), qui prendra ses fonctions le 1er juillet.

Mme Fouse travaille actuellement comme trésorière en chef pour Nestlé, l'ancien employeur du nouveau patron de Swissair Mario Corti. Elle est la première femme à entrer à la direction du groupe.

Georges Schorderet sera chargé de «missions spéciales» pour le groupe, directement sous la férule de Mario Corti. Concrètement, il aura pour tâche de diriger l'équipe qui collaborera avec la justice zurichoise pour la réalisation de l'audit spécial, dont personne ne peut encore dire combien de temps il durera.

A l'origine de cette affaire figurent les lourdes pertes - 2,885 milliards de francs - essuyées par l'ex-SAirGroup l'an dernier. L'entreprise a particulièrement souffert de son engagement en France dans le pôle AOM/Air Liberté/Air Littoral et auprès de la compagnie belge Sabena.

swissinfo avec les agences


Liens

×