Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La grippe aviaire reste un danger mondial

Daniel Koch, de l'OFSP, explique comment mettre un masque de protection.

(Keystone)

Une pandémie de grippe aviaire demeure la principale menace globale pour la santé humaine, avertit un responsable suisse à la veille de la 60e Assemblée mondiale de la santé.

La grippe aviaire n'a peut-être pas occupé une grande place dans l'actualité ces derniers temps mais cela va changer durant la session de dix jours qui s'est ouverte lundi à Genève.

«Il y a toujours une épidémie parmi les oiseaux, il y a régulièrement des transmissions du virus de l'oiseau à des humains, et donc la menace est toujours là», affirme Gaudenz Silberschmidt, responsable des affaires internationales à l'Office fédéral de la santé publique.

«Nous ne savons toujours pas quand s'opèrera la mutation vers une transmission de l'homme à l'homme. Les préparatifs ont avancé mais il y a encore du chemin à faire dans tous les pays», précise-t-il pour swissinfo.

Deux points feront l'objet de vifs débats durant cette session: l'accès aux souches du virus et l'accès aux vaccins.

Stock mondial de vaccins

L'Indonésie, qui a enregistré le plus grand nombre de victimes de la grippe aviaire, exige un meilleur accès aux vaccins en échange des souches du virus qu'elle détient.

Lors d'une réunion de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le mois dernier, on s'était mis d'accord pour étudier la possibilité de créer un stock mondial de vaccins, parallèlement aux efforts déployés par les Etats. L'assemblée va en discuter.

En ce qui concerne la Suisse, elle devrait commencer à recevoir au début de l'été les premières livraisons des 8 millions de doses de vaccin – suffisantes pour toute la population – commandées à la société anglo-américaine GlaxoSmithKline.

Les craintes de voir se répandre le virus mortel H5N1 ont occupé les médias durant les trois dernières années, mais aucun cas n'a été enregistré en Europe durant la migration de cet hiver.

De février à mars 2006, 32 oiseaux morts porteurs du virus avaient été découverts en Suisse.

Mais si la grippe aviaire a disparu pour l'instant en Suisse et dans d'autres pays, Gaudenz Silberschmidt maintient que la menace demeure.

Quatorze morts en 2007

Selon l'OMS, depuis 2003, 172 personnes sont mortes après avoir été en contact avec des volailles infectées. Cette année, il y a eu 14 morts jusqu'ici, surtout en Asie.

«D'un côté, il est préférable que l'attention massive des médias soit retombée. Nous pouvons ainsi poursuivre nos préparatifs dans le calme. Mais de l'autre, il faut tout de même que le public n'oublie pas cette menace, qui doit être prise au sérieux», indique Gaudenz Silberschmidt.

Les délégués vont également plancher sur des thèmes tels que l'application du Règlement sanitaire international, la destruction des stocks de virus de la varicelle, le contrôle de la malaria et de la tuberculose, ainsi que l'éradication de la polio.

La candidature de Taïwan devrait aussi agiter les esprits. Taïwan essaie de devenir membre de l'Assemblée mondiale de la santé en tant qu'observateur depuis 1997, jusqu'ici en vain.

«La Suisse ne reconnaît qu'une Chine. Si cela devait changer, ce serait dans le cadre de l'ONU et non pas dans celui de l'une de ses agences. Nous ne sommes pas favorables à ces tentatives de politisation d'une agence spécialisée», précise Gaudenz Silberschmidt.

swissinfo, Adam Beaumont à Genève
(Traduction de l'anglais: Isabelle Eichenberger)

En bref

L'Assemblée mondiale de la santé est l'organe de décision suprême de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Elle se réunit chaque année en mai à Genève et réunit les délégations de 193 Etats membres.

Elle a pour principale fonction de déterminer les politiques de l'Organisation.

Cette année, la discussion portera notamment sur l'éradication de la polio, la tuberculose, les systèmes de santé et de soins d'urgence, la santé bucco-dentaire, la stratégie sur les spécificités de chaque sexe, ainsi que la grippe aviaire et pandémique.

Fin de l'infobox

50 masques pour chaque Suisse

Berne prend au sérieux les risques de pandémie de grippe aviaire.

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) demande aux Suisses de constituer une réserve de cinquante masques d'hygiène par personne. Ceux-ci sont disponibles dans le commerce pour quelques francs.

Dans ses recommandations, l'OFSP conseille notamment de se laver régulièrement les mains avec du savon en cas de pandémie.

En cas de rhume ou de toux, l'utilisation de mouchoirs en papier, qui peuvent être éliminés facilement, est préférable. Enfin, par souci d'éviter tout risque de contagion, il faut en outre renoncer aux poignées de main.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×