Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La nuit la plus froide de l'hiver

Les machines à déneiger tournent à plein rendement.

(Keystone)

La vague de froid qui s'est abattue sur l'Europe fait chuter les températures à des niveaux polaires dans certaines régions de Suisse.

La nuit de jeudi à vendredi a été la plus froide de l'hiver. A La Brévine, la «Sibérie de la Suisse», le mercure a chuté à moins 35 degrés et malgré la neige, la pénurie d'eau menace.

Des températures de moins 30 degrés ont également été enregistrées dans certaines villages du canton des Grisons, comme Samedan ou Buffalora. Mais il a également fait très froid dans des régions de plaine. Moins 17 à Granges, dans le canton de Soleure ou à Aigle, dans le canton de Vaud, ce qui est moins habituel, selon MétéoSuisse.

Et malgré l'abondance de la neige, la sécheresse menace dans certaines zones. Ainsi les fermes des crêtes de la Vallée de la Brévine (canton de Neuchâtel) devront dès lundi faire venir l'eau du Val-de-Travers. On n'avait plus vu ça depuis trente ans.

Les deux puits de 160 mètres de profondeur creusés à La Brévine et à la Porte-des-Chaux tirent la langue: leur niveau se situe à peine cinq mètres au dessus des pompes. Le syndicat des eaux de la Vallée a décidé jeudi soir de fermer les hydrantes dans les localités.

Une réunion de crise avec la protection civile et l'armée est agendée le 7 janvier. «On se demande chaque jour si les puits sont toujours irrigués par les nappes phréatiques», confie le responsable de l'approvisionnement de La Brévine.

Plusieurs facteurs font de cet hiver une exception: les puits n'ont pas récupéré depuis la canicule de 2003, l'automne 2005 a été particulièrement sec et le gel précoce.

Sécheresse en Valais également


En Valais, les villages de Chamoson et de Leytron sont eux aussi confrontés à des problèmes d'eau potable. «Il n'y a pas de pénurie pour le moment», déclare le conseiller municipal de Chamoson Didier Fardel. Le soir de Noël cependant les robinets n'ont plus coulé durant un certain temps, «mais la situation a pu être maîtrisée».

Les deux communes, voisines, connaissent ce problème en hiver depuis quelques années. Des étés chauds, des automnes secs et des hivers froids ne permettent pas aux ressources hydriques de se reconstituer entièrement.

«Pourtant, avec une consommation de 200 litres par jour et par personne comme en moyenne suisse nous ne connaîtrions aucun problème», précise Didier Fardel. Mais certains n'hésitent pas à laisser continuellement les robinets ouverts dans les chalets pour éviter le gel des conduites lorsqu'ils sont absents et que le logis n'est pas chauffé.

«Cette consommation est disproportionnée. Les mentalités doivent changer, il faut comprendre que l'eau est un bien rare que nous devons économiser», dénonce le municipal.

Inconscience

Sur les routes, le froid et la neige n'ont pas causé la même pagaille qu'en France, même si le nombre d'accidents et en augmentation et que la plus extrême prudence reste de mise.

Mercredi soir, un hélicoptère de la Rega a dû effectuer plusieurs vols pour rapatrier un groupe de 24 jeunes Alémaniques bloqué dans les montagnes au-dessus de Brissago, dans le canton du Tessin.

Agés de 20 à 32 ans, ces jeunes gens étaient partis pour une excursion dans les Centovalli. Arrivés près de Ronco, à 1000 mètres d'altitude, ils ont rencontré quelque 60 centimètres de neige fraîche. Surpris par la tombée de la nuit, ils ont voulu faire demi-tour. Pris de panique, ils ont pu alerter la police avec un téléphone portable.

Après une dizaine de minutes de recherches, l'hélicoptère a retrouvé le groupe, qui s'était réfugié dans une grange. Un médecin et un ambulancier les ont examinés et six d'entre eux, victimes d'engelures, ont été immédiatement emmenés à l'hôpital de Locarno.

En attendant d'être évacués à leur tour, les autres ont été tenus au chaud sous des couvertures. La neige, le vent et l'obscurité ont compliqué le sauvetage, qui a duré deux heures et demie.

L'équipe de randonneurs aurait pu mourir de froid si elle avait dû passer la nuit sur place. Le groupe n'était pas du tout équipé pour affronter de telles conditions hivernales, certains portant de simples baskets.

Les frais de sauvetage s'élèvent à plus de 7000 francs suisses. Ils seront mis à leur charge.

swissinfo et les agences

Faits

La température la plus basse de l'hiver dernier a été enregistrée en mars 2005: - 33,7 degrés à La Brévine.
Cette commune neuchâteloise détient également le record absolu du froid enregistré en Suisse depuis que les relevés de températures existent. Dans la nuit du 11 au 12 janvier 1987, il y a fait - 41,8 degrés.

Fin de l'infobox

En bref

- Dans la nuit de jeudi à vendredi, les températures sont tombées à moins 30 degrés dans plusieurs endroits de Suisse.

- Malgré la neige, le froid favorise la sécheresse. Le niveau des lacs est très bas et de nombreuses citernes sont pratiquement vides.

- Un réchauffement progressif est annoncé pour le week-end, mais avant, il devrait encore y avoir des vents violents et d'abondantes chutes de neige vendredi soir.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.