Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Suisse au coeur du processus de paix colombien

Rencontre entre les leaders de l'ELN et les autorités colombiennes, en juillet dernier à Genève.

(Keystone)

Participation aux négociations de paix, appui à la société civile et aide humanitaire: tels sont les trois axes de l'engagement de la Confédération en Colombie. Une intervention qui s'est renforcée ces derniers mois.

La dernière manifestation de cet engagement a eu pour cadre une réunion de représentants de la société civile colombienne qui s'est achevée mardi à Genève.

Soutenue par le ministère suisse des Affaires étrangères (DFAE) et l'Institut universitaire d'études du développement, cette rencontre a permis à plus de 80 syndicalistes, universitaires, ecclésiastiques et autres délégués d'ONG colombiennes de préparer la 3ème réunion plénière de l'Assemblée permanente de la société civile pour la paix qui se tiendra en Colombie en juillet prochain.

Cette structure lancée en 1998 cherche à s'attaquer aux causes profondes du conflit qui déchire la Colombie depuis 37 ans. Une guerre civile qui a causé la mort d'au moins 150 000 personnes et provoqué le déplacement de deux millions de personnes.

A-côté de cet appui à la société civile qui se manifeste également à-travers plusieurs projets de la coopération suisse, Berne fournit aussi une aide humanitaire qui passe, notamment, par le CICR et son importante délégation en Colombie.

Reste le volet diplomatique. La Confédération participe en effet activement aux négociations de paix entre les guérillas (FARC et ELN) et le gouvernement colombien. «Cette participation va au-delà de notre politique traditionnelle de bons offices», souligne Riccardo Pescia, responsable du dossier colombien au DFAE.

Depuis juin de l'année passée, la Suisse fait ainsi partie des cinq pays chargés de faciliter les discussions entre l'Armée de libération nationale (ELN) et le gouvernement colombien.

Un rôle qui a permis à Berne d'être également choisie en mars de cette année pour accompagner des négociations similaires entre les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) et Bogota.

Concrètement, plusieurs réunions entre représentants des guérillas et du gouvernement colombien se sont déjà tenues en Suisse. En Colombie, l'ambassadeur de Suisse Viktor Christen participe personnellement aux négociations de paix.

Pour soutenir ce processus, Berne a prévu un budget de 20 millions de francs pour les trois années à venir. La Confédération a aussi renforcé sa présence diplomatique à Bogota.

Quant au résultat, la Suisse ne désespère pas, en dépit de l'impasse actuelle et des combats incessants qui ont fait 52 morts le week-end dernier. «L'essentiel est que les négociations se poursuivent», précise Riccardo Pescia.

A l'instar des autres capitales engagées dans ce processus, Berne fait d'ailleurs pression pour que les négociations de paix deviennent une politique d'Etat, indépendante des aléas électoraux.

Frédéric Burnand


Liens

×