La Suisse bloque les comptes d'un saoudien

Yasin Al-Qadi, 47 ans, actif dans le diamant, a-t-il des liens avec Al-Qaida, comme l'affirment les Américains?

Ce contenu a été publié le 15 novembre 2002 - 15:59

Vingt-trois comptes lui appartenant sont gelés en Suisse. Mais, l'homme d'affaires saoudien dément tout lien avec le terrorisme.

Les autorités américaines sont catégoriques. Yasin Al-Qadi serait un «terroriste» et sa fondation, Muwafaq, financerait des actions terroristes. Plus précisément, cette organisation caritative alimenterait les caisses d'Al-Qaida.

«Bien évidemment, je connais ce personnage, très lié à Khalid Bin Mahfouz. Les avoirs de Yasin Al-Qadi ont été gelés dans le monde entier à la demande des autorités américaines dès le 12 octobre 2001», souligne Jean-Charles Brisard, auteur de l'ouvrage «Ben Laden, la vérité interdite».

Jeudi, le quotidien Le Temps écrit que la plupart des 23 comptes, appartenant à Yasin Al-Qadi et à ses proches, étaient ouverts auprès de la société Faisal Finances à Genève.

Cameron Doley, l'un des avocats de l'homme d'affaires saoudien, a confirmé le blocage des comptes en Suisse, mais assure que son client «n'est pas un supporter du terrorisme».

Une ONG immatriculée à l'île de Man

Ce n'est pas la première fois que le nom de Yasin Al-Qadi apparaît dans des affaires de terrorisme. En 1998, le FBI signale que ce financier aurait versé 820 000 dollars à la Quoranic Literacy Institute, une fondation islamique de Chicago présentée comme très proche du mouvement palestinien Hamas.

Toutefois, aider une organisation politique palestinienne en lutte contre l'Etat d'Israël ne signifie pas pour autant que l'on soit favorable aux attentats meurtriers du 11 septembre 2001.

Créée en 1991, et immatriculée dans l'île de Man, l'organisation caritative Muwafaq, dont Yasin Al-Qadi assurait la direction, possédait une antenne au Soudan.

Et Oussama Ben Laden y a habité avant son départ pour l'Afghanistan. Est-ce encore une fois suffisant pour soupçonner l'homme d'affaire saoudien de liens avec Al-Qaida?

Plusieurs millions de dollars

Les autorités slovènes mettent également en cause Muwafaq. Cette fondation serait liée à des activités terroristes dans les Balkans, via des transactions suspectes portant sur 500 000 dollars et versés à la SKB Bank en Croatie.

Professionnellement, Yasin Al-Qadi aurait investi en 1999 750 000 dollars dans la société canadienne MIT Ventures, spécialisée dans l'exploitation des diamants. Cette entreprise possèderait notamment des mines dans l'Etat de l'Ontario, au Canada, et au Botswana, en Afrique.

Même si les sommes séquestrées par les autorités suisses ne sont pas connues avec précision, swissinfo peut toutefois avancer qu'elles se monteraient à plusieurs millions de dollars.

Pour sa part, Yasin Al-Qaida dénonce le blocage de ses avoirs et demande que son nom soit retiré des listes de personnes soupçonnées de liens avec le terrorisme.

swissinfo/Ian Hamel

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article