La Suisse veut coopérer avec les Etats-Unis

Franz von Däniken a tenu à dépasser les points de friction avec Washington. Keystone Archive

En dépit des tensions liées à la guerre en Irak, la Suisse veut développer sa coopération avec les Etats-Unis dans nombre de dossiers internationaux.

Ce contenu a été publié le 29 avril 2003 - 23:03

Le secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères Franz von Däniken tire un bilan positif de sa visite à Washington.

Franz von Däniken a profité d'un entretien avec Richard Armitage, le secrétaire d'Etat américain adjoint, pour souligner l'importance qu'il y a pour les Etats-Unis à respecter le droit humanitaire international en Irak.

«J'ai rappelé les obligations des Etats-Unis, en tant que force occupante, en matière de rétablissement de l'ordre public ou de protection du patrimoine culturel», indique Franz von Däniken à swissinfo.

De son côté, Richard Armitage rétorque que les Etats-Unis ne se considèrent pas comme une puissance occupante, puisqu'ils sont toujours en guerre en Irak.

Le numéro deux du Département d'Etat américain assure néanmoins que le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a tout l'accès qu'il souhaite aux Irakiens capturés par les troupes alliées.

Dépasser les points de friction...

Mais M. von Däniken a tenu à dépasser les points de friction pour mettre l'accent sur ce qu'il y a de positif et de constructif dans les relations de la Suisse avec les Etats-Unis.

«Mon objectif était de souligner à quel point la Suisse peut être utile», déclare en effet le Secrétaire d'Etat.

«Malgré ce qui s'est passé autour de l'Irak, en particulier la toile de fond d'un certain anti-américanisme en Suisse, je tenais à montrer que nous voulons et pouvons coopérer avec les Etats-Unis.»

Le secrétaire d'Etat mentionne plusieurs dossiers internationaux dans lesquels cette coopération peut se développer, de Cuba à la Corée du Nord, en passant par le Soudan ou le Sri Lanka.

...et améliorer la coopération

M. von Däniken a expressément évoqué le cas du Tibet avec ses interlocuteurs américains, dont Paula Dobriansky, la sous-secrétaire d'Etat chargée des Affaires mondiales, qui est aussi coordinatrice spéciale de l'administration Bush pour le Tibet.

«Une coopération s'est déjà bien développée avec la Suisse dans ce dossier et elle est très appréciée par les Etats-Unis», dit encore Franz von Däniken.

Il précise que l'administration Bush essaie en ce moment de faire sortir de Chine plusieurs dissidents tibétains qui pourraient trouver refuge en Suisse.

L'Iran est une autre occasion pour Suisses et Américains d'oublier la querelle irakienne. Depuis des années, l'ambassade de Suisse à Téhéran représente les intérêts américains, mais M. von Däniken indique que «la vitesse de croisière a augmenté» dans l'utilisation du relais suisse.

Le secrétaire d'Etat explique que les Etats-Unis communiquent avec les autorités iraniennes par le biais de la Suisse «assez fréquemment» depuis la guerre en Afghanistan, un pays qui, comme l'Irak, est voisin de l'Iran.

En attendant une rencontre Bush-Couchepin

Souhait ou réalité, ce nouvel élan dans les relations américano-suisses devait connaître une étape importante avec la rencontre entre George Bush et Pascal Couchepin qui était prévue en juin, en marge du sommet du G-8 à Evian.

Mais, cette rencontre ayant été annulée pour des raisons de calendrier, M. von Däniken a remis à M. Armitage une lettre du président de la Confédération invitant son homologue américain à Genève pour assister au Sommet mondial sur la société de l'information. Ce sommet, organisé par l'ONU du 10 au 12 décembre, est consacré à la lutte contre le fossé numérique.

En attendant décembre, il est également possible que les deux chefs d'Etat se rencontrent en septembre à New York, à l'occasion de l'assemblée générale de l'ONU.

swissinfo, Marie-Christine Bonzom, Washington

Faits

Les dossiers sur lesquels Suisses et américains veulent coopérer:
différents dossiers internationaux (Cuba, Corée, Soudan et Sri Lanka)
respects des droits de l'homme au Tibet.
meilleure communication avec l'Iran.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article