Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Suisse veut renforcer son engagement au Liban

Les attaques d'Israël contre le Hezbollah ont déjà fait dans les 400 morts au Liban.

(Keystone)

Une délégation menée par l'ambassadeur suisse à Beyrouth François Barras a été reçue mardi par le premier ministre libanais Fouad Siniora.

Toni Frisch, chef du Corps suisse d'aide humanitaire (CSA), était également présent pour faire le point sur les projets d'aide concrète de la Confédération.

François Barras a fait état de «destructions incroyables» au Liban. Un quart de la population se retrouve sans toit à la suite de l'offensive menée par l'armée israélienne depuis le 12 juillet dernier, a indiqué le diplomate.

Les ponts, les routes et les aéroports ont été endommagés. Il s'agit d'«une véritable catastrophe» pour un pays tourné vers le tourisme comme le Liban, a ajouté l'ambassadeur.

Aide concrète

L'ambassadeur a rencontré dans la journée le premier ministre libanais Fouad Siniora, en présence également du chef du CSA Toni Frisch.

Selon M. Barras, il a été question de l'aide concrète de la Suisse. Plusieurs projets ont déjà été mis sur pied afin de soutenir les personnes déplacées. Le CSA participe notamment à l'approvisionnement de 67'000 personnes dans le Chouf, à l'ouest de Beyrouth.

Ces gens proviennent en majorité des quartiers sud de Beyrouth, bombardés par l'armée israélienne. Dès mercredi, l'équipe du CSA (12 personnes) va, en collaboration avec les organisations partenaires, leur fournir des matelas, couvertures, et de quoi faire la cuisine.

Le CSA entend également participer à l'installation d'un camp pouvant accueillir plusieurs dizaines de milliers de personnes déplacées à Beyrouth. Beaucoup d'entre elles sont installées tant bien que mal dans des écoles.

Evacuation des Suisses

Berne s'efforce par ailleurs d'aider les ressortissants helvétiques qui le souhaitent à quitter le Liban. Un bateau affrété par la France a quitté Beyrouth vers Chypre mardi soir avec à son bord une vingtaine de Suisses.

A Berne, un porte-parole du Ministère fédéral des affaires étrangères (DFAE) a précisé que moins d'une trentaine de Suisses devraient encore se trouver au Sud-Liban, théâtre de violents affrontements entre l'armée israélienne et le Hezbollah encore ce mardi.

Certains souhaitent rester, a indiqué le porte-parole. Avant de préciser que l'ambassade à Beyrouth maintient le contact avec ces personnes au cas où elles changeraient d'avis.

Mardi, la représentation diplomatique a dû être temporairement fermée pour raison de sécurité.

Israël accroît la pression

De son côté, Israël a affirmé mardi sa détermination à neutraliser le Hezbollah, écartant tout espoir d'une trêve rapide dans le conflit, provoqué par l'enlèvement de deux de ses soldats par le mouvement islamiste.

Parallèlement, l'armée a intensifié ses opérations terrestres contre les positions islamistes au Liban Sud.

L'aviation et la marine israéliennes ont continué à bombarder des localités et les quartiers sud de Beyrouth.

Une réunion de crise est prévue mercredi à Rome en présence des puissances occidentales et des pays arabes, dans un climat de profonde incertitude quant à la stratégie à adopter.

swissinfo et les agences

En bref

- Le 12 juillet, Israël a lancé ses attaques contre le Liban après l'enlèvement de deux de ses soldats par le mouvement islamiste Hezbollah.

- Au total, au moins 390 personnes, dont 334 civils, ont péri au Liban depuis le début de l'offensive et 800'000 sont déplacées.

- A l'instar de l'UE, la Suisse a condamné la riposte «disproportionné» de l'armée israélienne au Liban, tout en jugeant les agressions du Hezbollah «condamnables».

- Berne a aussi demandé aux deux parties de respecter les dispositions du droit international humanitaire.

Fin de l'infobox

Faits

L'Aide humanitaire suisse s'est engagée dès le 18 juillet, à Chypre, au Liban et à Damas, en Syrie. Soit plus de 30 experts, plus une douzaine arrivés mardi.
La Suisse a versé 200'000 francs au Ministère libanais de la santé pour des médicaments et acheminé un kit médical de 800 kilos vers Beyrouth.
Ella a versé au Comité international de la Croix Rouge 1,5 million de francs pour les libanais victimes des bombardements et des réfugiés palestiniens des territoires occupés.
Les organisations internationales estiment qu'il faut 300 millions de dollars pour répondre aux besoins immédiats de la population.

Fin de l'infobox


Liens

×