Navigation

La Zurich refuse de payer pour Microsoft

L’assureur suisse ne veut pas couvrir les coûts liés aux procès en cours contre l’entreprise de Bill Gates, révèle L’Hebdo dans son édition de jeudi. Pire encore: la Zurich a entamé une action en justice contre Microsoft.

Ce contenu a été publié le 04 mai 2000 - 16:59

Un nouveau coup dur pour l’entreprise de Bill Gates. Condamnée le 3 avril pour abus de monopole, elle est aujourd’hui abandonnée par son assureur. La Zurich American Insurance a même lancé une action en justice contre Microsoft. Et d’autres assureurs pourraient suivre son exemple, selon l’enquête menée par L’Hebdo.

En mars, Microsoft se prépare à une défaite face à la justice américaine. L’entreprise contacte la Zurich. Elle demande à son assureur de lui rembourser ses frais d’avocats - jusque-là elle avait assumé seule ses frais de défense. Et Microsoft veut également être dédommagée pour les préjudices subis. Autrement dit: des dizaines de millions de dollars.

C’est là que la Zurich, effrayée, entame une action en justice à Washington. Quelques jours plus tard, les avocats de Microsoft ripostent et déposent une plainte contre l’assureur devant le tribunal de Seattle. «La Zurich n’a même pas pris la peine d’informer notre société avant d’entamer son action en justice», regrette la porte-parole de Microsoft, citée par l’hebdomadaire suisse. «Cela nous a contraints à engager des poursuites à notre tour».

L’avocat américain de la Zurich, Thomas Brunner, contacté par L’Hebdo, affirme que la police d’assurance signée par l’entreprise de Bill Gates ne couvre «ni les poursuites anti-trusts, ni les cas de malveillance intentionnelle». Elle couvre «les dommages corporels, les dégâts à la propriété et les dommages personnels». Mais aucune mention spécifique à la loi anti-trust. C’est cela, précisément, que les tribunaux devront déterminer.

swissinfo

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.