Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le Suisse Zumsteg, meilleur grimpeur

Zumsteg ( en vert) en compagnie de Philips, mercredi, dans le Tour de Suisse cycliste.

(Keystone)

Tour de Suisse. Le Bâlois Lucas Zumsteg, de l'équipe «Phonak», a conduit une échappée de 120 km. Il ne termine qu'à la 130e place de l'étape. Mais, grâce à cette escapade, il revêt le premier maillot de meilleur grimpeur.

Le dénouement de la 1ère étape du Tour de Suisse, Rust-Bâle (178,8 km) est sans surprise: un peloton compact s'est présenté à Bâle. L'Allemand Erik Zabel s'est imposé au sprint devant l'Italien Bettini, le Lituanien Rusky, alors que le premier Suisse, le Valaisan Alexandre Moos, prend la 23e place, dans le temps du vainqueur.

Cela dit, au classement général, l'Américain Lance Amstrong conserve le maillot de leader, avec 3 secondes d'avance sur le Neerlandais Servais Knaven, 2e, et 5 secondes sur le sprinter français, Laurent Jalabert, 3e.

Cette première étape aura donc été marquée par la longue échappée du Bâlois Zumsteg. Parti en deux temps, il s'est retrouvé en tête en compagnie de l'Australien Dason Philipps.

«Jacques Michaud, notre directeur sportif, nous avait demandé d'être attentifs, de prendre part aux échappées, voire d'attaquer. Vers le 60e kilomètre, j'ai jugé le moment propice».

Les deux hommes, Zumsteg et Philipps, ont compté jusqu'à plus de sept minutes d'avance. Mais leur échappée fut vouée à l'échec, lorsque les coéquipiers de Zabel se portèrent en tête du peloton.

Pour le sprinter allemand, cette étape bâloise fut l'occasion de porter à quinze le total de ses victoires, celle saison.

Dans le camp des coureurs suisses, mis à part l'échappée de Zumsteg, les candidats au podium à Lausanne sont restés sagement dans les roues.

Toutefois, Beat Zberg est allé chercher une seconde de bonification, lors d'un sprint vo-lant. Ce «coup de gueule» démontre la détermination de l'Uranais à jouer sa carte dans l'optique d'un podium. A défaut d'une victoire, à l'heure du bilan.

Mardi à Rust, le Vaudois Laurent Dufaux affichait sa détermination à modifier son comportement en course. A se muer en attaquant. A saisir la moindre opportunité. Dans le final, il a tenté de sortir du peloton. Mais en vain.

Jeudi, le Tour de Suisse cycliste prend la direction de la Suisse orientale. De Reinach, une grande cité de Bâle-Campagne, le peloton va emprunter un itinéraire de 163 kilomè-tres jusqu'à Baar, dans le canton de Zoug. Une étape pratiquement dénuée de difficultés, malgré trois grands prix de la montagne.

Pierre-Henri Bonvin, Bâle

×