Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le juge Devaud bute sur le silence de Borodine

Pavel Borodin, à son arrivée au Palais de justice de Genève, ce jeudi.

(Keystone)

Malgré quatre heures d'audience, l'ex-intendant du Kremlin a refusé de répondre aux questions du juge Daniel Devaud. Face à ce mutisme, le magistrat aura fort à faire pour étayer son accusation de blanchiment. La nouvelle audition prévue début juin ne devrait rien y changer.

«Mon client considère qu'il n'a pas commis d'infractions, il n'a donc rien à dire au juge et il persistera à ne pas répondre à ses questions», Dominique Poncet, un des quatre avocats genevois de Pavel Borodine, a le mérite d'être clair.

En usant de «son droit constitutionnel de se taire», Pavel Borodine évite de donner des indications au juge et laisse à ses avocats le soin de le défendre lorsque le procès aura lieu. Ceux-ci auront alors un atout de poids dans leur manche puisque la justice russe a classé son enquête en expliquant qu'aucun délit n'avait été commis.

Pavel Borodine est soupçonné par la justice genevoise d'avoir blanchi environ 30 millions de dollars de commissions qu'il aurait reçu de deux entreprises tessinoises, Mercata et Mabetex, en échange de contrats pour la rénovation du Kremlin et de l'avion présidentiel russe.

Daniel Devaud a convoqué Pavel Borodine et trois autres inculpés, deux financiers et un avocat genevois, pour une confrontation générale. Le procureur Jean-Bernard Schmid assistait également à la réunion. En revanche, la présence de Behgjet Pacolli, le patron de Mabetex, n'a pas été jugée indispensable.

Au total, interprète et avocats compris, ce ne sont pas moins d'une vingtaine de personnes qui se sont retrouvées chez le juge Devaud. Costume sombre, chemise bleue, Pavel Borodine a franchi le seuil du Palais de justice de Genève jeudi à 8h45. L'actuel secrétaire général de l'Union Russie-Bélarus a passé environ quatre heures dans le bureau du magistrat, mais le dossier n'a pas avancé d'un iota.

A 13 heures, après avoir affronté les questions du juge, l'ex-intendant du Kremlin a dû faire face à une meute de journalistes et cameramen qui l'attendaient sous la pluie. La bousculade a été telle que le Russe, complètement désorienté, a erré quelques minutes avant de trouver le taxi qui l'attendait. Pavel Borodine devrait regagner Moscou au plus vite.

Une nouvelle audience est prévue début juin, a indiqué Dominique Poncet, en précisant que son client n'entendait pas se soustraire à la justice mais qu'il adopterait la même stratégie de défense.

Pavel Borodine avait été arrêté le 17 janvier à New York suite à un mandat d'amener lancé par le juge Devaud. Il a passé trois mois dans une prison américaine avant d'être extradé vers Genève puis libéré sous une caution de cinq millions de francs par la Chambre d'accusation du canton.

Luigino Canal

×