Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le mental de vainqueur des footballeurs suisses

Les footballeurs suisses tiennent la forme.

(Keystone Archive)

L’équipe nationale A de football et celle des moins de 21 ans se sont qualifiées pour leur championnat d’Europe respectif grâce à un état d’esprit formidable.

Oubliées les «défaites honorables» du passé. Désormais, les Suisses savent aussi gagner.

Les footballeurs suisses en ont-ils terminé avec cet éternel complexe d'infériorité qui leur collait aux crampons depuis tant d'années? C'est en tous les cas ce que laissent supposer les faits des deux dernières années.

En 2002, la sélection des moins de 17 ans remporte le titre européen. Les moins de 21 ans (les Titans) arrivent en demi-finale du championnat d'Europe disputé en Suisse. Et, cerise sur le gâteau, le pays décroche l'organisation de l'Euro 2008.

Des championnats d'Europe pour ... l'équipe A

Et cette année, l'équipe A - celle de Köbi Kuhn - s'est qualifiée pour l'Euro 2004 au Portugal en battant l'Eire lors d'une ultime rencontre à suspense au Parc Saint-Jacques de Bâle.

Après le tirage au sort des groupes de la phase finale de la compétition, dimanche dernier à Lisbonne (voir encadré: la Suisse dans la cour des grands), les joueurs et les entraîneurs suisses n'ont pas caché leur satisfaction de rencontrer des équipes aussi prestigieuses que la France et l'Angleterre.

Le «coup» est, selon eux, jouable. «Il n'y a pas d'adversaires à éviter car il n'y a pas de groupe facile à l'Euro. Nous allons au Portugal pour faire des résultats, quel que soit notre contradicteur», expliquait ainsi Patrick Müller, le défenseur genevois de Lyon.

Et … pour la sélection des moins de 21 ans

Enfin, pour la seconde fois consécutive, la sélection des moins de 21 ans vient également d’assurer sa qualification pour la phase finale du prochain Eurofoot.

Défaits lors du match aller en Suisse face aux Tchèques, et même menés au score à un quart d’heure de la fin à Ostrava, les joueurs de l’entraîneur Bernard Challandes ont trouvé les ressources pour inverser la tendance dans les dernières minutes de jeu.

La preuve est désormais faite que la volonté et la confiance en soi ne sont plus de vains mots dans le vocabulaire des footballeurs suisses.

Un changement progressif de mentalité

«Il faut voir ce changement de mentalité sous une perspective globale et principalement comme le résultat d’un travail entrepris au milieu des années 90», explique le psychologue du sport Mattia Piffaretti.

La politique de formation de l’Association suisse de football (ASF) - formation des entraîneurs, meilleur suivi des joueurs - et la présence de plusieurs mercenaires suisses dans les championnats étrangers ont permis au football suisse d’amorcer un virage décisif.

«Il faut aussi parler d’un cercle vertueux du succès qui donne confiance aux joueurs, poursuit Mattia Piffaretti. Ils savent désormais gérer les moments chauds et rester survoltés. Ils osent jouer sur leurs qualités même lorsque la pression est à son comble.»

L’équipe de Suisse A contre l’Irlande ainsi que la sélection des moins de 21 ans à Ostrava face aux Tchèques ont aussi démontré que les Suisses abordent désormais les parties décisives avec un esprit conquérant.

Eurocompatibles

La présence d’hommes forts et très communicatifs à la tête de chacune de ces équipes - Köbi Kuhn et Michel Pont pour l’équipe A et Bernard Challandes pour les moins de 21 ans - est également un facteur à prendre en considération.

Comme sous l’ère du coach britannique Roy Hodgson - lorsque la Suisse s’était successivement qualifiée pour le Mondial 1994 et l’Euro 1996 - le discours basé sur l’émotion est entendu.

«Le complexe du Suisse qui n’ose pas afficher son excellence est dépassé. Les marins d’Alinghi et Roger Federer l’ont démontré dans d’autres disciplines», conclut Mattia Piffaretti.

«Les Suisses ont toujours conscience de leurs limites mais également de leurs potentialités. Ils sont devenus eurocompatibles.»

swissinfo, Mathias Froidevaux

Faits

L’équipe de Suisse de football va participer à l’Euro 2004 au Portugal.
Elle participera également à l’Euro 2008 qu’elle co-organise avec l’Autriche.
La sélection des moins de 21 ans s’est, elle aussi, qualifiée pour l’Euro 2004.
Il y a deux ans (2002) elle n’avait été battue qu’au stade des quarts de finale.

Fin de l'infobox

En bref

- Après huit ans de disette, le football suisse revit de belles années.

- En 2002, la sélection des moins de 17 ans a remporté le titre européen alors que celle des moins de 21 ans est arrivée au stade des demi-finales de son Euro organisé en Suisse.

- En 2002, la Suisse a également été choisie (avec l’Autriche) pour mettre sur pied l’Euro 2008 auquel elle participera automatiquement en tant que pays organisateur.

- En 2003, l’équipe A s’est qualifiée pour son Euro – celui de 2004 au Portugal – imitée au mois de novembre par la sélection des moins de 21 ans qui a, elle aussi, assuré sa seconde participation d’affilée à ce grand événement.

- Ces succès sont significatifs d’un changement d’état d’esprit des footballeurs suisses qui ont désormais un véritable mental de vainqueur.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.