Le mystère plane toujours sur le nombre de victimes

Les substances consécutives à la combustion des chargements des deux camions incendiés pourrait être nocive pour les experts. Keystone

Combien de personnes exactement ont perdu la vie dans le Gothard? Il faudra plusieurs jours aux spécialistes d'identification de victimes pour le dire.

Ce contenu a été publié le 29 octobre 2001 - 18:24

Dix, onze, treize morts ou davantage encore? Les chiffres donnés par la police tessinoise fluctuent sans cesse. Le mystère plane sur le nombre exact de victimes de l'accident du 24 octobre dernier. Et le mystère subsistera tant que les spécialistes du DVI - Disaster Victims Identification - n'auront pas achevé leurs recherches sur les lieux de la collision entre deux poids lourds.

Lundi matin, après un jour de recueillement et de repos, les experts du centre chimique ont pénétré sous la voûte. Ils avaient pour tâche de contrôler la qualité de l'air qui pourrait contenir des substances toxiques.

Se protéger des poussières sèches

La combustion, pendant près de quarante heures, des chargements des deux camions incendiés - des pneus et du matériel d'isolation - pourrait être nocive.

Pour prévenir tous risques avant l'entrée des équipes de la police scientifique et de médecine légale, les autorités ont fait appel lundi aux responsables de la SUVA - l'Institut national suisse d'assurances-accident - et de l'Inspectorat fédéral du travail.

Pour l'instant, les spécialistes de la SUVA ne sont pas encore en mesure de dire quelles précautions doivent être adoptées pour se protéger des poussières séchées par la ventilation du tunnel.

Et, aussi longtemps que les hommes du DVI n'auront pas terminé de récolter chaque indice même microscopique sur le lieu de l'incendie, il sera impossible aux autorités tessinoises et au magistrat chargé de l'enquête d'en savoir plus sur la réelle portée de la catastrophe. En matière de vies humaines d'abord, mais aussi en ce qui concerne les responsabilités de l'accident.

28 personnes sont toujours portées disparues

Les travaux de récupération, de nettoyage et de déblayement de la «zone rouge» sur une longueur de 230 mètres environ pourraient durer de cinq à vingt jours, selon la police. Il s'agira de dégager les 23 véhicules calcinés, partiellement recouverts par les gravats qui se sont détachés de la voûte.

Jusqu'ici, la police a fixé le nombre officiel de victimes à dix. Il s'agit des personnes dont les corps ont pu être récupérés. Neuf dépouilles ont été identifiées.

Il s'agit de quatre Allemands dont une femme, de deux Français, d'un Suisse, d'un Italien et d'un Turc. Le dixième cadavre n'a pas encore de nom. Il pourrait appartenir au chauffeur du camion belge qui a provoqué l'accident, un Turc aussi ou à un chauffeur chilien établi en Italie et qui suivait un des deux poids lourds qui sont entrés en collision.

Entre-temps 28 personnes sont toujours portées disparues. Lundi matin, douze nouveaux avis de recherche ont été annoncés à la police tessinoise par des personnes sans nouvelles de leurs proches depuis mercredi dernier justement.

Gemma d'Urso, Lugano

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article