Le rêve américain de Michel Riesen a duré 25 jours

Michel Riesen a enfin goûté aux joies de la NHL à la fin de l’an 2000 Keystone Archive

Cette saison - et c'est une première - quatre joueurs suisses auront eu l'occasion de se frotter aux meilleurs hockeyeurs de la planète, en évoluant dans l'une des équipes de la prestigieuse National Hockey League nord-américaine. Après deux années passées en AHL (American Hockey League), Michel Riesen a enfin goûté aux joies de la NHL en disputant 12 matches pour le compte des Edmonton Oilers.

Ce contenu a été publié le 21 février 2001 - 15:10

Le vendredi 6 octobre 2000 restera à jamais marqué d'une pierre blanche dans la carrière de Michel Riesen. Devant les plus de 15 000 spectateurs du Skyreach Centre d'Edmonton, le Seelandais fête ses débuts en NHL sous le maillot des Edmonton Oilers.

Vainqueurs à cinq reprises de la Coupe Stanley, le trophée qui récompense le vainqueur du championnat, l'équipe de l'Alberta canadien entamait sa 22ème saison au plus haut niveau face aux Detroit Redwings.

Auteur de très bons matches de préparation, le Suisse a gagné ses galons de titulaire à force de persévérance. Il réalise enfin son vœu le plus cher et exauce son rêve. L'aventure ne durera malheureusement que 25 jours. Douze matches en compagnie des meilleurs hockeyeurs de la planète.

«Depuis que j'ai quatre ans je joue au hockey, c'est toute ma vie», avoue Michel Riesen. «Accéder un jour à la NHL me semblait impossible en tant que joueur suisse. J'ai commencé à y croire après avoir été drafté en 1997. Aujourd'hui, je suis fier d'y être arrivé et personne ne pourra me prendre ce que j'ai vécu. Mais je vais tout faire pour y retourner».

Relégué dans le «farm team» des Hamilton Bulldogs faute d'avoir su concrétiser ses chances de but, le Suisse conserve toutes les cartes en main pour réussir un come-back en NHL.

Mais il devra être très fort mentalement pour s'offrir un deuxième voyage au pays des songes «J'ai prouvé que j'étais capable d'évoluer avec les meilleurs. Ce que je veux désormais, c'est devenir un titulaire à part entière en NHL. A ce moment seulement, le rêve sera bel et bien réalité».


Mathias Froidevaux, Hamilton

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article