Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le rêve brisé de Phonak au Tour de France

Tyler Hamilton a mis pied à terre dans le col de la Core.

(Keystone)

La seule équipe cycliste suisse de première division – qui participe à son premier Tour de France - avait tout misé sur son nouveau leader Tyler Hamilton pour être présente sur le podium à Paris.

Malheureusement, blessé au dos depuis Angers, l’Américain engagé à pris d’or a abandonné dans les Pyrénées ce week-end.

Le 17 juillet restera une date historique dans l’histoire de Phonak Hearig System. Venue en conquérante sur son premier Tour de France, elle s’est trouvée décapitée, samedi, au 14e jour de course.

Son leader américain, Tyler Hamilton, a en effet jeté l’éponge dans la descente du Col de la Core. Le coureur a mis pied à terre après 79 des 205,5 kilomètres de l’étape du jour entre Lannemezan et le Plateau de Beille.

Depuis la chute collective d’une partie du peloton à Angers (sous la flamme du dernier kilomètre) ce dernier souffrait du dos.

Andy Rhis le visionnaire

Ironie du destin! C’est le 17 juillet 1994, soit dix ans, jour pour jour, que Philippe Delbord, PDG de Phonak France, et Andy Rihs, actuel président du conseil d’administration du spécialiste suisse en appareils acoustiques, ont pris la décision de se lancer dans le sponsoring sportif.

«J’avais été Invité à suivre une étape du Tour au Ventoux, se souvient Philippe Delbord. J’avais alors demandé à Andy Rhis de m’accompagner. Et c’est le soir même, dans un restaurant d’Avignon, que nous avons décidé de nous lancer malgré un budget un peu juste»

Trois ans plus tard, en 1997, le projet est prêt mais les remous suscités par l’affaire «Festina» lors du Tour 1998 repousse à plus tard les velléités du groupe de s’investir dans le monde de la «Petite Reine».

«Le vélo se court dans le plus grand stade du monde, ouvert dix mois sur douze», explique Philippe Del bord. Finalement, c’est en l’an 2000 que Phonak entre dans le peloton avec l’ambition de participer au Tour.

Quatre ans plus tard, avec un budget de 12 millions de francs suisses (six fois plus qu’en 2000) il s’est (enfin!) présenté au départ de la Grande Boucle. C’était le samedi 3 juillet à Liège. L’objectif était clair: une place sur le podium à Paris.

Suite à l’abandon de Tyler Hamliton, la désillusion est énorme. Mais comme l’affirme l’Espagnol Valentin Chapero, actuel PDG de Phonak: «Rien n’est remis en question».

Kilomètre 79 : l’abandon

Mais que s’est-il réellement passé? Engagé au prix fort (un million de francs) à l’entre-saison, Tyler Hamilton n’a pas tenu la distance. Un sournois mal de dos l’a terrassé samedi dans cette fameuse 13e étape, Lannemezan – Plateau de Beille. Sur le coup de 13 heures, km 79, l’Américain a dû abandonner…

Cinq heures plus tard à Pamiers, sous-préfecture de l’Ariège, ce dernier donnait sa version des faits: «Je n’avais plus de force. Je n’arrivais plus à faire le transfert des ordres aux muscles. S’il n’y avait eu que la douleur, j’aurais pu continuer. Parce que ça je sais le supporter».

En juillet dernier, sous le maillot de l’équipe danoise CSC-Tiscali, il avait terminé 4e du Tour malgré une fracture de la clavicule (sans déplacement osseux) suite à sa chute lors de la première étape à Maux.

Cette année, peu avant le départ de cette fatidique étape, l’Américain avait subi une infiltration. Mais cela n’a pas suffit.

«Je suis triste, frustré. Déçu d’abandonner l’équipe. Elle a fait un gros travail pour moi. Une avons une forte équipe avec laquelle nous pouvions gagner le Tour. Arrivé sept fois à Paris je venais pour gagner, je voulais être sur le podium».

Pino Alvaro le savait



Reste une question: même s’il s’en défend pourquoi le staff de Phonak s’est-il attaché à minimiser la blessure de l’Américain? Pourquoi n’a-t-il pas joué la transparence? Alors même qu’au soir d’Angers, Alvaro Pino connaissait la gravité de la blessure.

«Il faisait une tête d’enterrement. Il savait que c’était fini. Il l’avait dit», confie un membre de l’entourage de l’équipe. «Ces derniers jours je sentais Tyler irascible. Il cachait mal sa souffrance».

«Je reviendrai sur le Tour», lançait Hamilton samedi soir peu avant de prendre la route de son domicile de Gérone en Espagne. Car Tyler Hamilton est sous contrat pour une année encore.

Et Phonak ne va rien changer à sa philosophie et ses ambitions. «Rien n’est remis en question. On ne travaille pas à la légère mais à long terme. Ce n’est pas ça qui va tout remettre ne question», conclut l’Espagnol Valentin Chapero, le PDG de Phonak.

Chez Phonak on envisage désormais très sérieusement l’engagement de l’Américain sur les routes de la Vuelta espagnole.

Quant à sa participation aux Jeux olympiques d’Athènes – il est sélectionné dans l’équipe des Etats-Unis – il affirme: «Je ne sais pas combien de temps je vais mettre pour récupérer. Si mes douleurs dorsales ne s’améliorent pas, je laisserai ma place à un remplaçant».

swissinfo, Pierre-Henri Bonvin sur les routes du Tour

Faits

Tyler Hamilton a abandonné lors de la 13e étape
Au moment de son abandon, l’Américain ne se trouvait qu’à 4’22 de Lance Armstrong au classement général.
L’an dernier, il avait terminé 4e malgré une fracture de la clavicule.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.