Les étranges relations d'un marchand d'armes français

Arrêté le 25 mai à la frontière franco-suisse, le marchand d'armes français Jean-Bernard Lasnaud s'appelle, en fait, François Lasnosky.

Emprisonné depuis un mois à Champ-Dollon, ce marchand d'armes français est recherché par la justice argentine depuis six ans. Elle le soupçonne d'avoir participé entre 1991 et 1995 à des affaires d'exportation illicite d'armes de l'Argentine vers la Croatie et l'Equateur, deux pays alors en guerre.

Jean-Bernard Lasnaud s'oppose à son extradition vers l'Argentine, affirmant craindre pour sa vie. Ce Français, qui habite en Floride, n'est pas un simple exécutant. Selon les informations qu'a pu recueillir swissinfo, le véritable nom de ce marchand d'armes serait François Lasnosky, et il travaillerait avec le grand trafiquant belge Jacques Monsieur, longtemps emprisonné en Iran.

Ce vaste trafic d'armes parti d'Argentine a conduit en avril dernier à l'arrestation de Domingo Cavallo, ancien ministre de l'économie. Les armes et les munitions étaient théoriquement achetées par le Panama et le Venezuela. En fait, elles alimentaient d'une part l'armée équatorienne, alors en conflit avec le Pérou. D'autre part, la Croatie, en guerre contre la Serbie.

8000 fusils automatiques

Jean-Bernard Lasnaud, alias François Lasnosky, aurait notamment négocié l'envoi en Equateur de 8000 fusils automatiques et de tonnes de munitions. Toutefois, ce Français, qui possède à Fort Lauderdale en Floride une société d'import-export, Caribbean Group, n'est pas un second couteau.

Selon Intelligence Online, une lettre confidentielle spécialisée sur les services secrets, ce marchand d'armes apparaît dans le «schéma relationnel» du Belge Jacques Monsieur, à la tête d'un des plus vastes réseaux de trafic d'armes jamais mis en évidence en Europe.

Jacques Monsieur a longtemps armé les régimes africains soutenus par Paris. Les négociations autour de la vente d'hélicoptères de combat au Congo se sont notamment déroulées au Noga Hilton de Genève. Ce trafiquant belge a aussi effectué des livraisons clandestines d'armes entre l'Iran et la Bosnie de 1993 à 1995.

swissinfo/Ian Hamel

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article