Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les coureurs italiens en force sur le TDR

Le parcours 2005 du Tour de Romandie.

(RTS)

Le 59ème Tour de Romandie (TDR) – première étape suisse du nouveau circuit professionnel Pro Tour – partira à Genève et se terminera à Lausanne.

Pour la première fois, vingt équipes vont s’affronter sur les 656 kilomètres du parcours romand dont l’avenir reste toujours incertain.

La 59e édition du TDR passera notamment par Avenches, Fleurier, Anzère, Les Paccots. Le système des étapes en boucles (départ et arrivée dans la même ville) a été reconduit.

Deux étapes échappent toutefois à la règle: Aigle – Anzère et Châtel-Saint-Denis les Paccots. Dans les faits, le parcours est taillé à la mesure d’une participation relevée.

Pour les sprinters... et les grimpeurs

Pour le coureur neuchâtelois Steve Zampieri, membre de l’équipe Phonak Hearing Systems - seul groupe cycliste suisse de première division – la course sera ouverte jusqu’au bout.

«Après un prologue très technique à Genève la première étape à Avenches devrait convenir aux sprinters, explique-t-il. Le lendemain à Fleurier, il ne sera pas facile pour eux de contrôler la course. Quant à l’arrivée à Anzère, c’est typiquement une course de côte. A priori il n’y aura pas de décision avant le final...».

A deux semaines du début de cette compétition, plusieurs athlètes font figure de favoris potentiels. C’est notamment le cas des Italiens Damiano Cunego, Paolo Salvoldelli, Dario Frigo et Mario Cipollini, mais aussi d’Andreas Kiler (2e du Tour des Flandres), Laurent Brochard, Aïtor Gonzalez (vainqueur de la Vuelta 2002) ou voire Joseba Beloki.

Du côté suisse, la présence de Fabian Jeker (2e la saison passée), Alexandre Moos et Steve Zampieri, des frères Markus et Beat Zberg, de Marcel Strauss et Sven Montgomery sont annoncées. Celle de Fabian Cancellara est pour l’heure incertaine. La liste définitive des engagés ne sera connue que 72 heures avant le départ.

L’avenir en question

L’heure est également aux questions concernant l’avenir de l’épreuve romande, qui a reçu une licence Pro Tour pour deux ans, et dont le contrat avec la société organisatrice de l’événement - IMG (Suisse) SA - arrive à échéance en 2006.

Pour son directeur, Yves Mittaz, «les charges financières deviennent toujours plus lourdes et cette année il nous manque encore un peu plus de 150.000 francs sur un budget de 2,5 millions».

«Le problème du Tour de Romandie, poursuit le Valaisan, c’est le problème de tous les clubs sportifs et de tous les évènements sportifs en Suisse romande, ou en Suisse. Il n’est attaché à aucun canton, aucune région.»

«A partir de là, nous n’avons aucun soutien direct des cantons, à l’exemple d’Athletissima à Lausanne ou de l’Open de golf à Montana. Ce n’est donc pas une situation facile.»

Reste qu’IMG est une entreprise commerciale qui génère des millions et qui se doit d’accepter le mandat d’organisateur, avec tous les risques que cela comporte.

Si elle devait renoncer à poursuivre son activité, ce serait à la Fondation Arc-en-ciel de l’UCI (mandatée par la Fondation du cyclisme romand) de trouver des solutions pour assurer un avenir à la course romande.

swissinfo, Pierre-Henri Bonvin

Faits

Le 59ème Tour de Romandie se déroulera sur les routes romandes entre le 26 avril et le 1 mai 2005.
Il s’agit de la première étape suisse du nouveau circuit professionnel (Pro Tour : 27 courses).
Le budget de l’épreuve romande se monte à 2,5 millions de francs.
Pour la première fois, vingt équipes de huit coureurs sont annoncées au départ.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.