Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les victimes de l'espace

Avant la perte de la navette Columbia samedi, au-dessus du Texas, lors de sa phase de rentrée dans l'atmosphère avec six astronautes américains et un israélien à bord, onze personnes ont péri en vol en plus de quarante ans de conquête spatiale.

Le premier drame s'est passé en 1967

Le premier mort de l'espace a été le cosmonaute russe Vladimir Komarov dont le Soyouz-1 s'est écrasé au sol le 23 avril 1967, après un vol de 26 heures et 40 minutes, les parachutes de freinage de sa capsule ne s'étant pas ouverts.

Allaient suivre, le 29 juin 1971, les trois occupants de Soyouz-11, Guéorgui Dobrovolsky, Vladimir Volkov et Viktor Patsaïev, découverts inanimés après un vol de 570 heures et 21 minutes, victimes d'une dépressurisation de leur module de descente.

Challenger reste la plus grande tragédie

A ce jour, la plus grande catastrophe de la conquête spatiale avait toutefois été l'explosion de la navette américaine Challenger, le 28 janvier 1986, 75 secondes après son décollage.

Elle entraîna dans la mort, dans le ciel de Floride, sous les yeux de milliers de spectateurs, deux femmes, Judith Resnik, une astronaute de la NASA, et Christina McAuliffe, une institutrice, première passagère civile, Francis Scobbee, Michael Smith, Ronald McNair, Ellision Onizuka et Gregory Jarvis.

A cette liste des victimes de la conquête spatiale, il convient d'ajouter les noms des Américains Virgil Grissom, Edward White et Roger Chaffee, morts le 27 janvier 1967, dans l'incendie survenu lors d'un essai au sol d'Apollo-1, à Cap Canaveral.

La vie de plusieurs personnes n'a tenu qu'à un fil

Un court-circuit dans la cabine des futurs vols lunaires a provoqué une étincelle enflammant l'oxygène alors utilisé comme gaz respiratoire.

Quatre cosmonautes russes ont eu chaud. Le 5 avril 1975, Vassily Lazarev et Oleg Makarov n'ont fait qu'un saut dans l'espace de 21 minutes et 17 secondes à la suite d'un incident au lancement de leur vaisseau Soyouz-18A.

Plus qu'eux encore, Vladimir Titov et Guennadi Strekalov ont frôlé la mort le 26 septembre 1983, lors de l'incendie du premier étage en cours de remplissage de la fusée porteuse de leur Soyouz-T10A.

Ils ne devront la vie sauve qu'à la petite fusée de sauvetage au-dessus de leur cabine, qui a parfaitement fonctionné et arraché in extremis leur capsule aux flammes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.