Marlies Oester échoue au pied du podium olympique

Spécialiste du slalom, Marlies Oester manque la médaille en combiné. Keystone

La Suissesse termine à la plus mauvaise place de la compétition du combiné, la quatrième. Kostelic, Götschl et Ertl se partagent les honneurs.

Ce contenu a été publié le 15 février 2002 - 00:28

Troisième après les deux manches du slalom, Marlies Oester a payé cash ses lacunes en descente. Elle n'est jamais parvenue à maîtriser la piste de Snowbasin.

Et ses chances de médaille se sont logiquement envolées. La Croate Janica Kostelic, l'Autrichienne Renate Götschl et l'Allemande Martina Ertl étaient plus fortes.

Pas de première médaille pour le ski alpin suisse

Marlies Oester n'a donc pas pu offrir à l'équipe de Suisse de ski alpin sa première médaille en Utah. Troisième à l'issue du slalom, la spécialiste des virages courts n'a pas réussi à conserver son classement. Elle a cédé beaucoup trop de temps en descente.

«Je ne me sens pas suffisamment à l'aise lors des épreuves de vitesse, confiait la malheureuse Suissesse. Pour monter sur le podium, j'aurais dû prendre un avantage plus conséquent lors du slalom.»

Catherine Borghi s'adjuge, quant à elle, la huitième place et un diplôme olympique. Sans grandes ambitions avant cette compétition, elle voulait avant tout trouver définitivement ses repères sur cette piste avant le super-G. «J'espère qu'avoir skié une fois de plus sur cette piste va m'aider à prendre confiance», relevait la Vaudoise.

Trois opérations délicates du genou

Janica Kostelic l'avait annoncé, elle voulait remporter un titre olympique à Salt Lake City. Son pari est d'ores et déjà réussi. Et la Croate revient de loin. Grande dominatrice du classement général de la Coupe du monde l'hiver dernier, elle a subi trois opérations délicates du genou qui ont mis sa carrière en péril.

«C'est un rêve qui s'est réalisé, jubilait Janica Kostelic. Je n'arrive pas à le croire. Il me faudra une nuit de sommeil pour comprendre ce que je viens de réussir.»

Deuxième, Renate Götschl a décroché sa seconde médaille de ces Jeux olympiques. L'Autrichienne, déjà troisième de la descente, espère désormais récolter l'or en super-G.

Enfin Martina Ertl, championne du monde de la discipline il y a une année à Sankt-Anton, a su revenir sur le devant de la scène au bon moment après un hiver difficile.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article