Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Martina Hingis rate, une nouvelle fois, la finale

Le rêve est une fois encore brisé pour Martina Hingis.

(Keystone)

Les années se suivent et se ressemblent pour Martina Hingis à Roland-Garros. En demi-finale, la St-Galloise n'a rien pu faire face à Jennifer Capriati, victorieuse 6-4 6-3 en 1h16'.

Martina Hingis remportera-t-elle un jour Roland-Garros? A 20 ans seulement, de nombreuses tentatives lui sont encore promises. Mais chaque année depuis 1997, la numéro un mondiale chute dans le sprint final.

Après Iva Majoli (finale 1997), Monica Seles (1/2, 1998), Steffi Graf (finale 1999) et Mary Pierce (1/2, l'an passé), ce fut jeudi après-midi au tour de Jennifer Capriati de briser son rêve. Sans discussion aucune.

«Je ne sais pas qui de moi ou Martina souhaitait le plus remporter cette partie», révélait l'Américaine au sortir du court, après une solide performance qui n'a jamais permis à sa rivale d'entrer dans le match. Durant le premier set, la Suissesse passait à côté de son affaire, multipliant les fautes directes.

Faisant illusion au début du second, Martina Hingis ne pouvait résister aux coups de boutoir de la numéro 4 mondiale (qui ne le restera pas longtemps...). Avant de rendre les armes sur un ultime jeu blanc, devant une adversaire souffrant pourtant du genou.

Au vu de ses performances avant les Internationaux de France (aucune victoire en tournoi sur terre battue) et depuis le début de la quinzaine (matches moyens face à des joueuses qui ne possédaient pas les armes pour l'inquiéter), le nouveau revers de Martina Hingis ne constitue pas une surprise. Surtout pour une athlète qui cherche désespérément un succès en Grand Chelem depuis janvier 1999.

Samedi, face à Kim Clijsters (victorieuse du duel belge contre Justine Henin en trois manches), Jennifer Capriati partira favorite et visera la passe de deux, après avoir fait main basse sur Melbourne en janvier (déjà contre Martina Hingis). «Me voilà enfin en finale, j'en ai toujours rêvé», rayonnait-elle. Onze ans après une demi-finale à...14 ans sur le central de Roland-Garros, Jennifer Capriati veut saisir la balle au bond.

Jonathan Hirsch


Liens

×