Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Mobilisation globale contre la grippe aviaire

Les discussions de Genève ont été fructueuses.

(Keystone)

Gaudenz Silberschmidt, chef des Affaires internationales à l'Office fédéral de la santé publique, tire le bilan de la conférence sur la grippe aviaire.

Trois jours durant, au siège de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 600 experts venus d'une centaine de pays se sont penchés sur les prochaines mesures à prendre.

Trois types de grippe ont été au coeur des débats menés à Genève: la grippe saisonnière, le virus H5N1 (responsable de l'actuelle épizootie de grippe aviaire) et le risque d'une éventuelle mutation qui pourrait déclencher une pandémie chez les humains.

Selon l'OMS, ces trois jours de débats ont permis de dégager les grandes lignes d'un plan d'action global.

L'Organisation relève également que les délégués ont insisté sur la nécessité urgente de trouver des fonds supplémentaires pour les pays déjà touchés par la grippe aviaire et pour ceux que le virus menace.

La Banque mondiale estime que les pays en question auront besoin en tout d'un milliard de dollars dans les trois prochaines années.

La réunion a aussi apporté son soutien à la demande urgente de 35 millions de dollars dont l'OMS, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et L'Organisation mondiale de la santé animale ont besoin pour lutter contre le fléau dans les six prochains mois.

swissinfo: Quels progrès ont été accomplis durant ces trois jours à Genève?

Gaudenz Silberschmidt: Nous nous sommes mis d'accord sur une vaste palette de mesures et sur l'importance centrale d'agir sur le terrain au niveau global, régional et national.

Ce qu'il faut avant tout, c'est combattre la grippe aviaire à la source en appliquant les stratégies connues et éprouvées, et en parallèle se préparer à tous les niveaux à l'arrivée d'une éventuelle pandémie humaine.

Et ceci sans céder à la panique, mais en agissant vite.

swissinfo: La réunion a débattu de la nécessité de dégager des fonds pour la lutte contre la grippe aviaire. Quelle est la position de la Suisse à ce sujet?


G.S.: Les délégués ont effectivement fait le point sur les besoins, mais ce n'était pas une conférence des donateurs. Quoi qu'il en soit, le gouvernement suisse a déjà décidé d'allouer 4,8 millions de francs à la FAO pour son travail en Asie, et la réunion a fourni l'occasion de discuter les modalités avec les gens de l'agence onusienne.

La Suisse a également d'autres collaborations et soutiens en cours, de moindre importance. Et une conférence des donateurs est prévue les 17 et 18 janvier 2006 à Pékin.

swissinfo: Après cette réunion de Genève, quelles sont les prochaines étapes?

G.S.: L'aspect financier n'est qu'un aspect de la question. Il y en a d'autres, notamment techniques. L'OMS va organiser un séminaire sur la communication en matière de risques, parce que dans ce domaine, nous devons délivrer un message clair.

Il y aura également des actions concrètes et rapides pour lutter contre la grippe des oiseaux. Les pays sont de plus en plus ouverts à la transparence, que nous avons toujours prônée et tout le monde est maintenant prêt à adapter ses stratégies nationales de lutte.

Et il y a encore la nécessité de trouver les modalités pour créer un stock international de médicaments contre le virus.

swissinfo: Comment la Suisse va-t-elle contribuer à ces étapes futures?

G.S.: La Suisse avance dans ses propres préparatifs, elle soutient la FAO et assume pleinement ses responsabilités en tant que pays qui héberge à la fois le siège de l'OMS et celui de Roche, principal producteur de médicaments contre le virus.

Interview swissinfo: Isobel Leybold-Johnson
(traduction de l'anglais, Marc-André Miserez)

Faits

La réunion mondiale sur la grippe s'est tenue du 7 au 9 novembre au siège de l'OMS à Genève
Elle a réuni plus de 600 experts d'une centaine de pays.
Elle était organisée conjointement par l'OMS, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et L'Organisation mondiale de la santé animale.
La délégation suisse était conduite par Gaudenz Silberschmidt.

Fin de l'infobox

En bref

- Le géant pharmaceutique Suisse Roche annonce mercredi que sa production de Tamiflu est suffisante pour traiter 55 millions de personnes dans le monde cette année.

- Les usines bâloises du groupe tournent 24 heures sur 24 et cinq jours par semaine à cette fin.

- L'OMS considère le traitement avec ce médicament comme potentiellement le plus efficace contre la grippe aviaire.

- Jusqu'ici, le virus H5N1 a infecté au moins 122 personnes en Asie. 62 en sont mortes.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.