Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Gothard J-2: quelle est cette langue?

Au bar de la cantine, je ne saisis pas un mot de la conversation. S’agit-il d’une langue slave? D’un argot autrichien? D’un dialecte du Nord de l’Italie?

A Faido, l’histoire se répète. Mais à rebours. De terre d’émigration, la paisible commune de la Levantine est devenue un but d’immigration pour des centaines de travailleurs étrangers.

Le long de la route cantonale, le rucher formé de containers blancs héberge 500 personnes. «La plus grande auberge» du Tessin, est-il fièrement indiqué. Et j’ajoute: la plus multiculturelle aussi. On y rencontre avant tout des Italiens, des Autrichiens et des Allemands, mais aussi des Espagnols, des Français et des Balkaniques. Un Australien a même transité par ici.

Beaucoup profitent de leur temps libre pour découvrir la région à pied ou à vélo. D’autres s’y ennuient terriblement. La journée se vit plus facilement dans la galerie: le temps y passe plus vite.

Dans les toilettes, quelqu’un a écrit «Italiano loco». Mais qu’on ne s’y trompe pas. La cohabitation hors du tunnel est tout à fait pacifique. Sur le chantier, aucune place pour les nationalismes et les discriminations. Celui qui ferait du foin serait d’ailleurs immédiatement expédié à la maison.

Luigi Jorio, Faido, 13 octobre 2010