Navigation

«Le tourisme doux est un tourisme mou»

Pour Jean-Marie Fournier, patron des domaines skiables de Nendaz et Veysonnaz, il n’existe pas d’alternative au ski capable de générer les ressources suffisantes à faire vivre les populations de montagne. La baisse du nombre de skieurs tout comme le réchauffement climatique n’inquiètent par ailleurs pas le moins du monde celui que l’on surnomme le «baron du Valais central».  

Ce contenu a été publié le 24 janvier 2017 - 13:19
Samuel Jaberg, Veysonnaz


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article