Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Tradition appenzelloise Les Silvesterchläuse fêtent deux fois le Nouvel An

Au pays d’Appenzell, on ne fête pas la nouvelle année seulement le 31 décembre, d’après le calendrier grégorien, mais aussi le 13 janvier, d’après le calendrier julien. Et les deux jours, les «Silvesterchläuse» sont de sortie. Récemment, on a même pu les croiser exceptionnellement en ville de Zurich, où la fondation culturelle Ernst Hohl présente des traditions de Suisse et d’Autriche. C’est là que le photographe de swissinfo.ch Christoph Balsiger les a rencontrés.

Leur signe distinctif, ce sont ces spectaculaires couvre-chefs, décorés de scènes de la vie rurale et confectionnés sur des centaines d’heures de loisirs. Le plus souvent, les Silvesterchläuse vont par groupes de six, deux personnages féminins et quatre masculins. Sous les costumes se cachent toutefois uniquement des hommes, parce que le chapeau et les cloches seraient trop lourds pour des femmes, dit-on. Pour le Nouvel-An, les groupes vont de ferme en ferme présenter leurs vœux aux habitants. Ils se tiennent en demi-cercle devant la porte, font sonner leurs cloches et chantent des airs traditionnels.

Selon les recherches les plus récentes, les Silvester-Chlausen (St-Nicolas de la St-Sylvestre) remontent au bas Moyen-Age. La plus ancienne mention écrite que l’on en connaisse date de 1663. Au 15e siècle, la fête du Nouvel An semble être devenue de plus en plus turbulente et bruyante, au point de déranger les autorités ecclésiastiques. Dans le demi-canton d’Appenzell Rhodes-Extérieures, elle a même été interdite pendant plusieurs décennies du 18e siècle. (Texte: Peter Siegenthaler, swissinfo.ch)