Neuchâtel voit grand

La ville de Neuchâtel devrait accueillir un parc scientifique. picswiss.ch

Le canton de Neuchâtel veut contrer la concurrence de l'Europe et de Zurich. Il renforçe sa promotion économique, au nom du rapprochement avec Vaud et Genève.

Ce contenu a été publié le 18 décembre 2001 - 17:10

Neuchâtel vient, en effet, de donner un grand coup de balai à ses structures de promotion économique endogène et crée un parc scientifique et technologique

Parce qu'il s'est rendu compte que ses structures étaient redondantes, parce qu'il doit faire face à l'organisation de l'Union européenne, parce qu'il constate l'émergence de deux pôles économiques forts en Suisse, à Zurich et Lausanne, autour des écoles polytechniques fédérales, le canton de Neuchâtel a pris des décisions politiques importantes.

Il veut balayer des structures vieillottes, formées de plusieurs organismes para-étatiques, pour concentrer les efforts de promotion économique endogène sous la houlette du seul Service économique cantonal. Organisé en cinq départements, ce service centralisera et traitera toutes les demandes.

Un parc technologique bipolaire

Parallèlement, le canton de Neuchâtel va créer un parc scientifique et technologique en deux pôles, l'un à Neuchâtel pour l'aspect scientifique, l'autre à La Chaux de fonds, pour le côté technologique.

Ce parc, dont le canton espère qu'il obtiendra, à terme, le label de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, avec laquelle il collabore étroitement, est regroupé autour des compétences exceptionnelles du Centre suisse d'électronique et de microélectronique de Neuchâtel, un centre dont beaucoup de canton souhaitent la venue sur leur territoire et qui, ainsi, reste ancré à Neuchâtel.

Après la volonté de collaborer avec ses voisins vaudois et genevois en matière de promotion économique exogène, les Neuchâtelois renforcent donc leur structure interne, non pas pour aiguiser encore la concurrence entre cantons, mais bien parce que, comme le dit le gouvernement neuchâtelois, «pour pouvoir mieux collaborer avec nos voisins, nous devons être forts chez nous!».

Eric Othenin-Girard

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article