Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Nouveaux remous judiciaires au Tessin

Le procureur Jacques Ducry aurait mené une enquête illicite.

(Keystone Archive)

Les projecteurs ne sont pas encore éteints sur l'affaire Verda. Et déjà un autre magistrat tessinois fait parler de lui. Le procureur Jacques Ducry est accusé d'avoir enquêté de façon illicite sur le président de la Lega, Giuliano Bignasca, soupçonné de trafic de cocaïne. Le parlement pourrait constituer une nouvelle commission d'enquête.

Les faits qui ont fait l'objet du rapport publié par le Conseil de la magistrature et soumis mardi au Grand Conseil tessinois remontent à 1995. En mai de cette année-là, le procureur Jacques Ducry s'était rendu à Milan en compagnie de l'ex-conseiller d'Etat tessinois Dick Marty, aujourd'hui conseiller aux Etats et de Fausto Cattaneo, ex-commissaire de la police cantonale. Avant d'être destitué, en 1993, ce dernier avait mené plusieurs opérations sous couverture.

Les trois hommes avaient rendez-vous dans les bureaux de la DEA américaine (Drug Enforcement Agency). Dans le cadre d'une enquête conduite par Jacques Ducry et Fausto Cattaneo, ils voulaient des renseignements sur l'implication du président de la Lega, Giuliano Bignasca, dans un trafic international de cocaïne.

L'enquête n'avait rien donné et ses dessous n'avaient jamais été dévoilés. Ils sont remontés à la surface au printemps dernier après la publication du livre de l'ex-commissaire. Dans «Comment j'ai infiltré les cartels de la drogue», Fausto Cattaneo accusait la magistrature d'avoir laissé Giuliano Bignasca s'en tirer, en classant l'enquête dont il révélait les détails.

Le procureur Marcellini a rouvert le dossier Bignasca mais a tranché pour un non lieu. Les accusations lancées en Italie par une ex-taupe repentie contre le chef de la Lega ne sont pas crédibles. Mais la manière dont l'enquête avait été menée en 1995 par Jacques Ducry a donné lieu à la prise de position du Conseil de la magistrature.

Son rapport déclare notamment que la visite à Milan n'était pas «officiellement autorisée». Le comportement du procureur Jacques Ducry a été considéré comme «inadmissible». Cette prise de position sans appel a incité le procureur à annoncer sa démission, le 12 juin dernier.

Mardi, la discussion sur les révélations contenues dans le rapport a été houleuse entre les députés. Selon la Lega, l'enquête menée par Jacques Ducry contre Giuliano Bignasca avait pour but de faire arrêter ce dernier ainsi que le vice-président Flavio Maspoli. Etant donné que Dick Marty était au courant, la Lega a demandé sa démission du Conseil des Etats.

Le rapport controversé publie d'autres révélations: en 1995 toujours, Jacques Ducry et Fausto Cattaneo auraient fait des plans pour mettre sur pied un pool de lutte contre les cartels mafieux de la drogue. Le projet avait échoué lorsque le Ministère public de la Confédération en avait eu vent.

Le Grand Conseil tessinois décidera mercredi s'il y a lieu de désigner une nouvelle commission d'enquête parlementaire, moins d'un an après celle constituée contre l'ex-juge Franco Verda.

Gemma d'Urso, Lugano

×