Navigation

Otages libérés

Service religieux à la cathédrale orthodoxe Pokrovsky de Moscou. RTS

Au moins 117 otages et 50 preneurs d'otages tchétchènes ont été tués dans l'intervention russe pour libérer les quelque 800 personnes retenues pendant 57 heures dans un théâtre moscovite.

Ce contenu a été publié le 27 octobre 2002 - 10:44

Les cinq personnes dont s'occupent la Suisse sont en vie.

L'ambassade de Suisse à Moscou et les services de la protection consulaire du DFAE ont pris en charge un ressortissant germano-suisse, deux employées locales du groupe chimique suisse Clariant, ainsi qu'une femme et sa fille de dix ans, d'origine russe, résidant à Villars-sur-Glâne (FR). La fillette avait été relâchée vendredi.

Personne n'a été grièvement blessé, cependant la mère de la fillette est toujours hospitalisée pour intoxication au gaz utilisé lors de l'assaut donné samedi à l'aube par les forces spéciales russes. D'ailleurs, plus de 500 ex-otages sont hospitalisés pour la même raison.

D'autre part, les deux chirurgiens dépêchés à Moscou par le Corps suisse d'aide humanitaire ont pu regagner la Suisse, la Russie jugeant l'encadrement médical sur place «approprié», a indiqué M. Sager.

Le psychiatre helvétique présent dans la capitale russe était pour sa part engagé dans le suivi psychologique des otages.


Le porte-parole du DFAE s'est par ailleurs dit «préoccupé» par la situation sur place. Manuel Sager a toutefois jugé prématuré de tirer les conséquences politiques de cette prise d'otages sans précédent, notamment par rapport au conflit en Tchétchénie.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.