Paris-Nice: déception pour Zülle, satisfaction pour Dufaux

Le Vaudois Laurent Dufaux termine 28e. Keystone Archive

Le Saint-Gallois (17e) et le Vaudois (28e) ont été les Suisses les plus en vue. La victoire finale revient à Alexandre Vinokourov.

Ce contenu a été publié le 17 mars 2002 - 19:01

Le Kazakh Alexandre Vinokourov a pris le pouvoir de ce 60e Paris-Nice dès le Mont-Faron, dans la 4e étape de la course. Il a encore consolidé sa victoire dans le col d'Eze, l'avant-dernier jour. L'Australien Mc Ewen a remporté la dernière étape Nice-Nice (157 km).

Zülle déçu et contrarié

Côté suisse, Alex Zülle fondait beaucoup d'espoir sur ce Paris-Nice, après son succès au Tour de Valence, début mars. «A défaut d'une place sur le podium, mon objectif est d'entrer dans les cinq premiers», affirmait le Saint-Gallois au départ d'Issy-les-Moulineaux.

Mais le vainqueur 1993 de la Course au soleil termine cette année en 17e position, à 3'35'' de Vinokourov. «Je suis un peu déçu, voire contrarié de ce verdict», affirme Zülle sur la Promenade des Anglais, point de chute de la dernière étape.

«Je me sens aussi coupable de ne pas avoir roulé avec les autres, lorsque la situation n'était pas encore totalement compromise», regrette Zülle.

Puis, après un temps de réflexion: «samedi, après avoir attaqué dans le col d'Eze, j'ai manqué de force dans le final.» Le Saint-Gallois va maintenant faire une pause active de quinze jours. Il reprendra la compétition fin mars, au Critérium international.

Dufaux piégé dans le Mont-Faron

Le ton de Laurent Dufaux (28e à 7'28'') est différent. «Paris-Nice était pour moi le premier grand rendez-vous de l'année. Un rendez-vous relativement important compte tenu de la valeur du peloton et de la somme des difficultés. Je me suis présenté au départ avec peu de jours de course, mais avec de bonnes sensations.»

Comme beaucoup de favoris, le Vaudois s'est fait piéger dans les bordures de l'étape du Mont-Faron. «Dès cet instant, j'étais hors classement pour la victoire finale», regrette-il.

Pour autant, Laurent Dufaux est satisfait: «au niveau de la condition physique, ce Paris-Nice m'aura permis de franchir un nouveau pallier. J'ai peut-être manqué d'un peu de réussite. Mais les jambes étaient bonnes. C'est l'essentiel.»

Huit au départ, sept à Nice

Huit au départ, les Suisses terminent à sept ce Paris-Nice. Seul le Tessinois Mauro Gia-netti, malade, a quitté prématurément le peloton au soir de l'étape de Cannes.

On ne saurait conclure ce chapitre helvétique sans évoquer le Fribourgeois Christian Charrière. Ni sans citer Jean-Marie Leblanc, le grand patron de l'épreuve, qui déclarait, au soir de l'étape du Col d'Eze: «aujourd'hui Casar (réd: la révélation française de ce Paris-Nice) et Charrière m'ont fait plaisir. Ils ont montré beaucoup de tempérament.»

swissinfo/Pierre-Henri Bonvin, Nice

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article