Peter Friederich est relevé de ses fonctions

Le gouvernement a relevé, mercredi, Peter Friederich de ses fonctions de chef de mission au Luxembourg.

Ce contenu a été publié le 21 août 2002 - 19:55

Une décision prise avec effet immédiat, en raison de nouveaux éléments apportés à l'enquête en cours.

«Compte tenu des éléments connus, dit le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), Peter Friederich ne pourra désormais plus s'acquitter des tâches inhérentes à son poste.

Jusqu'à présent, le ministère des Affaires étrangères s'était contenté de suspendre l'ambassadeur soupçonné d'avoir blanchi de l'argent lié au trafic de drogue.

Dans le cadre de l'enquête, Peter Friedrich a reconnu uniquement les charges de faux dans les titres et d'aide à l'évasion fiscale.

Malgré cette décision, Peter Friederich - qui a été libéré de la détention préventive il y a une semaine - conserve son titre d'ambassadeur.

Mais son affectation ultérieure sera décidée à l'issue de la procédure en cours.

Quant à la nomination d'un nouveau chef de mission au Luxembourg, elle reste, pour l'instant, ouverte.

Plus d'un million de francs

Pour rappel, Peter Friederich est soupçonné de blanchiment d'argent et de faux dans les titres.

L'ambassadeur a été arrêté le 8 juillet à Berne, emprisonné et libéré le 16 août après que le juge en charge du dossier eut écarté tout risque de collusion.

L'enquête menée par le Ministère public de la Confédération se concentre sur le rôle joué par Peter Friederich dans des transactions financières douteuses survenues dans la seconde moitié de 2001.

Ces transactions représentent quatre versements en espèces sur un compte privé auprès d'une banque luxembourgeoise pour un total d'environ 1,1 million de francs.

Un important trafic de drogue

L'ex-ambassadeur de Suisse au Luxembourg prétend qu'il a agi pour le compte d'un financier espagnol qui voulait échapper au fisc.

Et c'est là que l'affaire se complique. Cet Espagnol est soupçonné par les autorités ibériques d'avoir participé à un important trafic de drogue et de blanchiment.

Quoi qu'il en soit, Peter Friederich, conteste toujours les faits qui lui sont reprochés.

Il rappelle en outre que l'évasion fiscale n'est pas un délit, que ce soit en Suisse ou au Luxembourg.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article