Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Petit pas en avant pour le congé paternité

Toujours plus impliqués dans le foyer, les pères reçoivent un coup de pouce.

(imagepoint)

Les employés de l'administration fédérale auront droit à cinq jours de congé paternité payés dès l'an prochain. Contre deux actuellement.

Le gouvernement suit ainsi le mouvement de fond constaté dans l'économie privée. Mais la Suisse reste encore loin des standards en vigueur ailleurs en Europe.

Un congé paternité payé de cinq jours sera donc introduit pour les employés de l'administration fédérale à partir du 1er janvier prochain.

Cette innovation poussée par la ministre de l'économie est rendue possible par une modification de la loi sur le personnel, approuvée mercredi par le gouvernement.

Doris Leuthard s'était fait taper sur les doigts par ses collègues en début d'année en tentant d'introduire en solo cette extension dans son département.

Concrètement, ce congé pour les pères devra être pris dans les six mois qui suivent la naissance, précise le Département fédéral des finances (DFF).

Si les exigences du service et les conditions personnelles (financières par exemple) le permettent, ce congé paternité pourra être complété et étendu grâce au congé non payé, au télétravail ou au congé sabbatique, par exemple.

Tendance à la hausse

Ces cinq jours se situent dans la moyenne des congés paternité offerts ailleurs dans le pays, même si le droit suisse ne règle pas la question.

Certaines entreprises n'offrent que deux ou trois jours (Nestlé, Credit Suisse, Syngenta, Coop). Mais la tendance générale ces derniers mois est à une augmentation des prestations offertes aux jeunes pères.

C'est le cas chez Romande Energie, chez Migros (numéro un du commerce de détail) ou aux Chemins de fer fédéraux (CFF), qui tous proposent entre 5 et dix jours de congé.

Ce «trend» trouve des relais sur le plan politique. En mars dernier, le Conseil national (chambre du peuple) a créé la surprise en adoptant une motion venue de la gauche en faveur d'un congé payé de quelques semaines pour tous les jeunes pères du pays. Reste maintenant à voir ce qu'en fera l'autre chambre du parlement fédéral.

Pour tous les pères

A travers sa décision sur le congé paternité et diverses autres mesures entérinées mercredi, le gouvernement «confirme ses orientations en matière de simplification du droit du personnel fédéral», indique le Département fédéral des finances.

Sur le plan stratégique, son objectif est de maintenir l'attrait et la compétitivité de l'administration fédérale sur le marché de l'emploi.

swissinfo et les agences

La Suisse en retard

Contrairement au congé maternité depuis 2005, le droit suisse ne règle pas le congé paternité. Tout dépend de la volonté de l'employeur.

La comparaison européenne permet de mesurer le retard de la Suisse, même si chaque système a ses caractéristiques propres.

Ainsi, l'Allemagne offre 14 mois de congé payé, à répartir entre les deux parents, avec un minimum de deux mois pour le père.

Les pères finlandais et espagnols ont trois semaines, à prendre durant les quatre premiers mois de vie de l'enfant.

Les Français et les Britanniques ont deux semaines. Les Italiens 13 semaines.

En Suède, le congé parental est de 15 mois, dont un au moins pour le père.

La Norvège offre 39 semaines, dont six au moins en faveur du père.

Fin de l'infobox


Liens

×